Gérald Darmanin veut dissoudre la Ligue de défense noire africaine, qualifiée de «structure raciste»


Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à la sortie du conseil des ministres, le 15 juillet 2020. (photo IP3 Press/Maxppp)

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé ce lundi le lancement d’une procédure « engageant la dissolution de la Ligue de Défense Noire Africaine ». Une décision qui intervient après des incidents survenus ce week-end à Val-de-Reuil, dans l’Eure. Le maire a notamment été enfariné.

« Les discours de cette structure raciste appellent à la haine et à la discrimination », a souligné Gérald Darmanin. Une procédure de dissolution de la Ligue de défense noire africaine a été lancée a annoncé le ministre ce lundi, ajoutant que « les actions » de cette dernière « causent des troubles à l’ordre public ».

La semaine dernière, une violente rixe opposant la communauté kurde à la communauté africaine a éclaté dans la commune de Val-de-Reuil. Une dispute entre deux enfants, l’un d’origine kurde, le second d’origine sénégalaise, serait à l’origine des faits. Une marche organisée par des Kurdes a ensuite eu lieu mardi dernier dans la ville. La Ligue de défense noire africaine a quant à elle appelée à un rassemblement devant la mairie ce samedi.

« 30 individus racistes et violents menés par un ex-rappeur condamné pour viol »

Une centaine de personnes se sont réunies et une partie d’entre elles ont envahi la mairie, tandis qu’un mariage était en train d’être célébré. Le maire a été enfariné et son adjointe, Fadilla Benamara, a été violentée en tentant de s’interposer. Cette dernière s’est vu attribuer 3 jours d’Incapacité totale de travail (ITT) selon France Bleu. « 30 individus racistes et violents menés par un ex-rappeur condamné pour viol envahissent la mairie, rejoints par 70 autres, arrachent la porte de la salle du conseil et bousculent une élue courageuse portant l’écharpe tricolore », a lâché l’édile, Marc-Antoine Jamet (PS), sur Twitter.

La Ligue de défense noire africaine, qui compte près de 300 000 followers sur Facebook, se présente comme un « mouvement révolutionnaire pour la défense des droits des Afrodescendants et des Africains ».