Gers : Une femme de 90 ans découverte morte et à moitié nue sur une tombe


Illustration. (pixabay)

Le corps sans vie d’une femme de 90 ans a été retrouvé allongé sur une tombe du cimetière d’Estramiac dans le Gers. Une enquête criminelle a été ouverte et le fils de la défunte a été placé en garde à vue.

La macabre découverte a eu lieu samedi vers 18 heures dans le cimetière d’Estramiac. Le cadavre d‘une femme de 90 ans, à moitié dévêtu, gisait sur une tombe. C’est un veuf qui venait fleurir la sépulture de son épouse décédée qui a été le premier témoin de cette scène morbide.

La gendarmerie alertée

Très rapidement, les gendarmes du Gers ont été alertés. Ils ont dépêché sur les lieux un équipage ainsi que des techniciens en investigation criminelle d’Auch. Ils ont été rejoins par les enquêteurs. La zone a été bouclée pour permettre leurs investigations qui se sont tenues de nuit, jusqu’à l’aube.

D’après les premières constatations, le corps inerte semble avoir été transporté sur place. « Ce qui s’apparente à des sillons dans le sol permet en effet de la supposer », a indiqué la procureure de la République qui s’est rendue sur les lieux.

Un médecin légiste sur place

Le corps de la défunte était en partie dénudé. Il supportait un pantalon d’intérieur et une culotte en bas des cuisses. Son T-shirt et son pull étaient relevés.


Contacté, un médecin légiste s’est rendu sur place également. D’après ses premières constatations, la victime présentait des traces de violences qui ne seraient pas à l’origine de la mort, mais qui lui seraient toutefois antérieures : des traces rougeâtres au tronc et aux genoux, des hématomes au bras gauche et une fracture à une épaule, relate La Dépêche. Le corps supportait également une blessure post-mortem, en l’espèce une fracture au côté droit du thorax.

« Aucun élément à caractère sexuel n’a été relevé », a précisé la magistrate.

Son fils placé en garde à vue

Les gendarmes de la brigade de recherches du Gers, et ceux de la section de recherches de Toulouse ont été chargés des investigations. En portant leur attention sur les inscriptions de la pierre tombale et suite à des recoupements, ils sont parvenus à identifier la victime.

Il s’agit d’une femme, âgée de 90 ans, résidant dans la commune voisine de Saint-Clar. Les militaires se sont rendus chez elle où ils y ont trouvé son fils âgé de 50 ans. Il a été interpellé et placé en garde à vue le lendemain de la découverte, ce dimanche en fin d’après-midi.

« Une autopsie devait pouvoir être pratiquée dès ce lundi à Toulouse. En fonction des résultats et des déclarations éventuelles du monsieur, nous aviserons », a conclu la procureure de la République. L’enquête ne fait que commencer.