Grenoble : Des dealers du quartier du Mistral s’exhibent armés dans la rue, un renfort policier réclamé


Des dealers s'exhibent sur un plan stups du quartier du Mistral à Grenoble. (capture vidéo DR)

Des dealers du quartier du Mistral ont fait une démonstration de force. Deux vidéos sur lesquelles on peut voir des individus encagoulés et armés ont été publiées sur les réseaux sociaux hier, et sont devenues virales.

Eric Vaillant, le procureur de la République de Grenoble (Isère) a confirmé l’authenticité des scènes qu’il qualifie d’« inadmissibles ». Elles sont visibles sur deux vidéos publiées ce mardi sur les réseaux sociaux.

Sur l’une d’elles, filmée en plongée, plusieurs individus encagoulés, dont certains sont porteurs d’armes longues, sont en faction devant un point de deal du quartier du Mistral à Grenoble. On peut voir un jeune homme qui pourrait être un client venir acheter de la drogue sur ce plan stups, situé à proximité immédiate d’un parc pour enfants. Autour de lui, plusieurs individus en armes surveillent le secteur.

La seconde séquence mise en scène sur fond musical, des dealers du Mistral sont assis autour d’une table, sur laquelle reposent des bocaux vraisemblablement remplis de produits stupéfiants. Les individus arborent des t-shirts portant le nom de leur quartier.

Le procureur de la République a publié un message sur Twitter indiquant que cette exhibition « renforce, si besoin est, la détermination du parquet de Grenoble à lutter contre les trafiquants de stupéfiants ».

« Nous nous sommes évidemment interrogés sur l’intérêt de la diffusion de ces vidéos qui ont manifestement été mises en scène par les dealers eux-mêmes », a-t-il confié au Dauphiné. « Il semble […] probable que ces images aient pour objectif d’impressionner d’éventuels ennemis ou clans rivaux qui ambitionneraient de s’approprier ce point de deal dans la guerre de territoires et de pouvoir qui opposent les trafiquants actuellement », a déclaré le magistrat.

La mairie demande des renforts policiers

« C‘est une condamnation ferme de la Ville de Grenoble et une pensée aux familles, aux enfants, aux gens qui travaillent sur le quartier », pour Maud Tavel, l’adjointe à la tranquillité publique, citée par France Bleu. « Il est du rôle de l’État de démanteler les trafics, il est du rôle de la ville de Grenoble de faire en sorte qu’on puisse y vivre dans de bonnes conditions, aller au travail, sortir de son immeuble, demain aller à l’école », a-t-elle ajouté, en demandant des « renforts complémentaires » de policiers.

Ce n’est pas la première fois que les trafiquants grenoblois se mettent en scène sur internet. En avril 2019, ils avaient organisé une tombola pour leurs clients avec une console de jeux vidéos à gagner.

Cette exhibition singulière intervient après plusieurs règlements de compte dans l’agglomération grenobloise. Pas moins de sept fusillades ont eu lieu depuis fin juin. Elles ont fait trois morts.