Guet-apens contre les policiers et violences urbaines à Mantes-la-Jolie : l’IGPN saisie


Les policiers ont été pris pour cible à Mantes-la-Jolie ce jeudi soir. (capture écran vidéo Snapchat)

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie après les violences urbaines qui se sont déroulées dans la cité du Val Fourré à Mantes-la-Jolie (Yvelines) ce jeudi soir, suite au guet-apens tendu à des policiers.

Le parquet de Versailles a annoncé que l’IGPN avait été saisie après les violences urbaines dans le Val Fourré à Mantes-la-Jolie ce jeudi soir. Peu après la fin des heurts, deux individus se sont présentés au centre hospitalier François Quesnay, affirmant avoir été blessés par des tirs de LBD. L’un était touché à un œil, un second au niveau des testicules.

Les investigations de l’IGPN vont porter sur les conditions d’usage des armes de défense des policiers.

Un policier a été blessé

D’autre part, une enquête a été ouverte des chefs de violences en réunion avec guet-apens et arme ainsi que participation à un groupement formé en vue de la commission de violences et outrages sur personne dépositaire de l’autorité publique. Un policier de la BST (Brigade spécialisée de terrain) a été blessé par un tir de mortier.

Vers 22h30 ce jeudi soir, la police a été appelée suite à l’incendie d’un véhicule dans la cité du Val Fourré. Une fois sur place, les policiers de la BAC (Brigade anticriminalité) venus constater l’ampleur du sinistre ont été attaqués par une quarantaine d’individus qui avaient préparé des mortiers d’artifice et des pierres notamment.


Des renforts ont été appelés et les policiers ont fait face à une centaine d’agresseurs qui leur ont jeté des projectiles, tandis que les fonctionnaires répliquaient par des moyens lacrymogènes et des tirs de lanceurs de balles de défense (LBD). Le calme n’est revenu qu’une heure plus tard.

Peu avant, le commissariat des Mureaux avait été la cible de tirs de mortiers et des policiers de la BAC de Trappes avaient eux aussi essuyé des jets de pierres.