Homme radicalisé neutralisé à Metz : le parquet antiterroriste ne se saisit pas de l’affaire


Un homme armé d'un couteau a été neutralisé par balle par la police à Metz ce dimanche. (captures écran vidéos Snapchat)

Un homme armé d’un couteau a foncé sur les policiers dans le quartier Borny à Metz (Moselle) ce dimanche à la mi-journée. Le parquet national antiterroriste ne se saisit pas de cette affaire.

Les policiers ont ouvert le feu à plusieurs reprises pour neutraliser un homme armé d’un couteau qui hurlait « Allah Akbar » et qui leur fonçait dessus ce dimanche sur le boulevard de Guyenne à Metz. Cet homme fiché S et connu pour sa radicalisation, a été touché à une cuisse et conduit à l’hôpital sans que ses jours ne soient en danger.

Le procureur de la République de Metz Christian Mercuri a annoncé ce mardi que le parquet national antiterroriste « n’entend pas » se saisir de cette affaire. Le magistrat avait pris attache avec ce parquet pour une évaluation de la situation ce dimanche.

Une information judiciaire ouverte

Le parquet de Metz a annoncé dans le même temps qu’une une information judiciaire allait être ouverte ce mardi matin pour tentative d’homicide sur personnes dépositaires de l’autorité publique. Le procureur va par ailleurs requérir le placement en détention provisoire de l’agresseur âgé de 30 ans. Ce dernier souffre de « troubles de la personnalité » avait précisé le magistrat dimanche.

Le mis en cause a été opéré et a pu être entendu par les enquêteurs. D’autre part, un second suspect a été interpellé et placé en garde à vue ce dimanche après-midi dans le cadre de cette affaire. Il va être remis en liberté sans aucune charge à son encontre a mentionné le procureur.


Une vidéo montrant le moment où les policiers ont ouvert le feu a été diffusée sur le réseau social Snapchat. On y aperçoit l’agresseur courir en direction des fonctionnaires.

Des violences urbaines après les faits dans le quartier Borny

Par ailleurs, des violences urbaines ont éclaté dans la nuit de dimanche à lundi dans le quartier Borny, pour protester contre l’intervention de la police sur l’agresseur. Des individus ont utilisé des cocktails Molotov contre les forces de l’ordre.

Des poubelles ont également été incendiées et trois véhicules brûlés selon le maire de la ville, Dominique Gros.