«Il y a des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas» dit Macron, critiquant la gestion du coronavirus en Chine


(photo Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock)

La Chine est sous le feu des critiques. Les États-Unis ont indiqué qu’une « enquête exhaustive » avait été ouverte afin de déterminer « comment ce virus s’est propagé ». De son côté, Emmanuel Macron a admis que des zones d’ombres existaient concernant le bilan chinois du Covid-19.

Alors que de nombreuses voix s’élèvent ces dernières semaines et mettent en doute le bilan officiel donné par les autorités chinoises, le président de la République Emmanuel Macron a estimé ce jeudi dans une interview accordée au quotidien économique et financier britannique The Financial Times, qu’il y avait « manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas », au sujet de la gestion de la crise sanitaire en Chine.

« N’ayons pas une espèce de naïveté qui consiste à dire que c’est beaucoup plus fort. On ne sait pas. Et même il y a manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas », a estimé le chef de l’État.

Dans le même temps, le Royaume-Uni a averti la Chine jeudi, qu’elle devrait répondre à des « questions difficiles sur l’apparition du virus, et pourquoi il n’a pas été stoppé plus tôt ».

Une maladie venant d’un laboratoire chinois ?

Aux États-Unis, l’hypothèse que la maladie vienne d’un laboratoire chinois de Wuhan, est étudiée. « Nous menons une enquête exhaustive sur tout ce que nous pouvons apprendre sur comment ce virus s’est propagé, a contaminé le monde, et a provoqué une telle tragédie », a déclaré ce jeudi le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo sur la chaîne Fox News.


Mike Pompeo a également été interrogé au sujet de l’article du Washington Post qui affirme que l’ambassade des États-Unis à Pékin avait alerté le département d’État américain il y a deux ans, sur les mesures de sécurité insuffisantes dans un laboratoire de Wuhan qui étudiait les coronavirus chez les chauves-souris.

Le chef de la diplomatie américaine a aussi été questionné sur les informations de Fox News, qui indiquent que « plusieurs sources » pensent maintenant que ce nouveau coronavirus, signalé pour la première fois à Wuhan en décembre, vient de ce même laboratoire, même s’il s’agirait bien d’un virus naturel et pas d’un agent pathogène fabriqué par les Chinois, et que sa « fuite » ne serait pas volontaire, mais due aux mauvais protocoles de sécurité. Mike Pompeo n’a démenti aucune de ces informations.

L’administration de Donald Trump a également accusé Pékin d’avoir « dissimulé » la gravité de l’épidémie à son début en Chine, et a décidé de geler mardi la contribution financière américaine au fonctionnement de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’accusant de s’être alignée sur les positions chinoises.

Pékin réclame l’unité internationale

Ce vendredi matin, la Chine a appelé à l’unité internationale. « Il est impératif que tous les pays s’unissent pour combattre l’épidémie et gagner la guerre » contre le Covid-19, a relevé devant la presse un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian.

Ce vendredi, la ville de Wuhan a annoncé qu’elle avait revu à la hausse son bilan des décès liés au Covid-19. Un chiffre en augmentation de 50%. Le bilan officiel dans la ville est ainsi passé de 2579 à 3869 morts.