Guerre en Ukraine : La France va livrer davantage d’équipements militaires à l’Ukraine

Les combats et les offensives russes se sont intensifiés durant la nuit de vendredi et samedi en Ukraine et se poursuivent, notamment à Kiev, 72 heures après le début de cette invasion. Des raids aériens ont été signalés. Un immeuble a été éventré à Kiev par un missile, ce samedi matin. "Nous ne déposerons pas les armes", a affirmé le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Emmanuel Macron a également pris la parole, affirmant que la guerre "durera" et "aura des conséquences" en France. [Fin de notre direct, merci de nous avoir suivis]
Guerre en Ukraine : La France va livrer davantage d’équipements militaires à l’Ukraine
Emmanuel Macron le 16 février 2022, à Toulouse. (Gonzalo Fuentes / EPA / Maxppp)
Par Actu17
Le samedi 26 février 2022 à 11:35 - MAJ dimanche 27 février 2022 à 01:49

00h21. Un dépôt pétrolier est en feu près de Kiev. Il aurait été la cible d'un tir de missile.

00h13. Le milliardaire et ingénieur Elon Musk annonce ce samedi soir sur Twitter que son système Starlink qui permet un accès à internet par satellite, est désormais opérationnel en Ukraine. En cas de coupure des connexions filaires, les Ukrainiens pourront donc continuer à avoir un accès à internet. "Plus de terminaux sont en chemin" ajoute-t-il.

00h08. Importants bombardements en cours à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine.

23h53. Plus de 9500 soldats français seront directement mobilisés ou d'alerte dans le cadre de l'invasion russe de l'Ukraine en fin de semaine prochaine, a fait savoir ce samedi l'état-major français. "On aura plus de 1500 militaires français directement impliqués dans les missions de renforcement de la posture de l'Otan sur le flanc Est", a ajouté l'état-major.

23h40. Le président de la République Emmanuel Macron a réclamé samedi soir à son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko que celui-ci "exige au plus vite le retrait des troupes russes de son sol", et qui sont engagées dans l’invasion de l’Ukraine, a rapporté l’Élysée.

23h09. L'Union européenne annonce qu'"un certain nombre de banques russes" vont être "retirées" du système SWIFT, rouage essentiel de la finance mondiale. "Cela les empêchera d'opérer dans le monde entier et bloquera efficacement les exportations et les importations russes", explique la présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen.

Sont concernées "toutes les banques russes déjà sanctionnées par la communauté internationale, ainsi si nécessaire que d'autres instituts", a détaillé le porte-parole du gouvernement allemand, dont le pays préside actuellement le forum du G7. Ces mesures ont été prises par les États-Unis, la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, le Canada, l'Italie et la Commission européenne.

"Deuxièmement, nous paralyserons les actifs de la banque centrale russe", annonce Ursula von der Leyen. "Cela va geler ses transactions. Et cela empêchera la Banque centrale de liquider ses actifs".

22h32. L'Allemagne veut fermer son espace aérien aux avions russes.

22h03. YouTube a annoncé ce samedi "suspendre" la possibilité pour certaines chaînes russes, dont Russia Today (RT), de monétiser leurs contenus sur sa plateforme, en raison des "circonstances exceptionnelles" en Ukraine. Facebook a également annoncé ce vendredi avoir interdit aux médias d'Etat russes de générer de l'argent par ce biais, sur sa plateforme.

21h40. Les décisions prises par la France durant le conseil de défense ce samedi :

La France a décidé de livrer davantage d'équipements militaires de défense à l'Ukraine dans sa lutte contre l'invasion de l'armée russe, a annoncé samedi l’Élysée. Au cours d'un conseil de défense réuni à l’Élysée autour d'Emmanuel Macron, "il a été décidé la livraison additionnelle d'équipements de défense aux autorités ukrainiennes ainsi qu'un soutien en carburant", a indiqué la présidence, sans en dire davantage.

En outre, la France va renforcer les sanctions économiques et financières contre la Russie, visant notamment l'accès à la plateforme interbancaire SWIFT. Lors de ce conseil de défense en fin de journée, le chef de l'État "a acté un renforcement des sanctions économiques et financières en coordination avec les Européens et les Américains", ainsi que "des mesures nationales de gel des avoirs financiers de personnalités russes", et enfin de "nouvelles mesures", devant être prises "avec les partenaires européens concernant la facilité Swift", détaille l’Élysée.

Enfin, la France a décidé de prendre des mesures pour lutter contre "la propagande" venue de Russie sur l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe. "Il a été acté des mesures de lutte contre la propagande de la part d'influenceurs et de médias russes sur le sol européen", explique l'Élysée, sans donner plus de détails.

20h35. Le point sur la situation en Ukraine ce samedi soir ici.

19h14. Après avoir annoncé la livraison à l'Ukraine de 400 lance-roquettes antichar, l'Allemagne annonce qu'elle va livrer un millier de lance-roquettes et 500 missiles sol-air de type Stinger pour l'aider à faire face à l'invasion de l'armée russe.

"L'agression russe contre l'Ukraine marque un changement d'époque, elle menace l'ordre établi depuis l'après-guerre", a justifié le chancelier Olaf Scholz dans un communiqué, "dans cette situation il est de notre devoir d'aider l'Ukraine autant que nous pouvons à se défendre contre l'armée d'invasion de Vladimir Poutine".

19h01. Les sirènes anti-bombardement retentissent à Kiev, alors que des échanges de coups de feu ont lieu sur la rive gauche de la ville.

18h40. Le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian condamne sur Twitter, l'arrestation de manifestants russes qui protestent contre la guerre en Ukraine.

18h28. Le président français Emmanuel Macron a fait part ce samedi de sa "détermination à soutenir nos partenaires du voisinage oriental" de l’Union européenne "contre toute tentative de tensions et de déstabilisation", au cours d'un entretien avec les dirigeants de la Géorgie et de la Moldavie.

17h45. L'Allemagne autorise la livraison à l'Ukraine de 400 lance-roquettes antichar, et rompt ainsi sa politique suivie ces dernières années où elle s'interdisait toute exportation d'armes létales en zone de conflit. Dans le même temps, le pays s'est dit prêt à accepter une "restriction ciblée" de l'accès à la Russie à la plateforme interbancaire SWIFT, en représailles à l'invasion de l'Ukraine, tout en voulant "limiter les dommages collatéraux" d'une telle sanction.

17h01. Selon un haut responsable américain de la défense cité par CNN, la président russe Vladimir Poutine a actuellement plus de la moitié de sa force militaire engagé en Ukraine.

16h44. L'armée russe a reçu samedi l'ordre d'élargir son offensive sur l'Ukraine, affirmant que Kiev avait refusé des négociations. "Aujourd'hui, toutes les unités ont reçu l'ordre d'élargir l'offensive dans toutes les directions, en conformité avec le plan de l'offensive", a prévenu le ministère de la Défense dans un communiqué.

16h24. La mairie de Kiev décide d'élargir le couvre-feu. "Le couvre-feu à Kiev commencera samedi à 17h00 (15h00 GMT, ndlr) jusqu'à lundi à 08h00", a annoncé la mairie. Les personnes qui se trouveront dans la rue durant cette période "seront considérées comme des membres des groupes de saboteurs ennemis".

15h05. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky affirme sur Twitter qu'il a échangé au téléphone avec son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan. La Turquie empêchera les navires de guerre de passer par les détroits des Dardanelles et du Bosphore, qui relient la mer Noire à la Méditerranée assure Volodymyr Zelensky.

13h56. Moscou accuse l'Ukraine, au troisième jour de l'invasion russe du pays, d'avoir fait capoter une trêve en refusant des négociations. "Hier (vendredi) dans la journée, s'attendant à des négociations, le président russe a ordonné l'arrêt de l'avancée de l'essentiel de forces" a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. "Etant donné que la partie ukrainienne a refusé les négociations, l'avancée des forces russes a repris aujourd'hui", assure-t-il.

13h48. Les membres du parlement ukrainien indiquent avoir récupéré des armes. La députée ukrainienne Olha Stephanichyna a transmis cette photo à nos confrères du Monde.

13h40. Le maire de Kiev annonce que le couvre-feu passe de 17h à 8h. Toutes les personnes se trouvant dehors durant ces horaires "considérés comme des membres des groupes de sabotage et de reconnaissance de l'ennemi".

12h07. Un bateau russe a été intercepté dans la Manche. Le Baltic-Leader, un bateau de commerce transportant des véhicules vers Saint-Pétersbourg (Russie), est soupçonné d’appartenir à une entreprise russe visée par les sanctions prises par l’Union européenne contre Moscou. Le navire a été dérouté vers Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), a indiqué la préfecture maritime. Il a été escorté par une patrouille de la douane, appuyé par une vedette de la gendarmerie et un patrouilleur de la marine, a-t-on précisé.

Ce bateau de 127 mètres est "fortement soupçonné d’être lié à des intérêts russes visés par les sanctions".

11h44. La Pologne annonce que 100 000 Ukrainiens sont déjà arrivés dans le pays.

11h42. Le président ukrainien Zelensky affirme avoir "cassé le plan" de la Russie. "Nous avons survécu et repoussé avec succès les attaques ennemies. Les combats continuent dans de nombreuses villes et régions du pays, mais (...) c'est notre armée qui contrôle Kiev et les villes clés autour de la capitale", lance-t-il. "Les occupants voulaient bloquer le centre de notre État et y placer leurs marionnettes, comme à Donetsk. Nous avons cassé leur plan".

"L'ennemi a tout utilisé contre nous : roquettes, chasseurs, drones, artillerie, véhicules blindés, saboteurs, parachutistes", ajoute le président Zelensky.

11h10. Le ministre de la santé ukrainien annonce ce samedi que 198 civils ont été tués, dont trois enfants, et plus d’un millier de blessés depuis le début de l’invasion russe il y a trois jours.

Le point à 11 heures. Kiev a été la cible de raids aériens durant la nuit et ces dernières heures. Des combats entre les armées ukrainienne et russe ont également lieu dans les rues de la ville, notamment sur l'avenue de la Victoire, l'une des artères principales. Un immeuble a été touché par un tir de missile. Plusieurs vidéos montrent le moment de l'impact.

"Kiev, notre ville splendide et paisible, a survécu une nouvelle nuit aux attaques des forces terrestres russes, et aux missiles. L’un d’eux a touché un immeuble résidentiel à Kiev", a affirmé le ministre des affaires étrangères ukrainien, Dmytro Kouleba. Du côté russe, on confirme avoir utilisé des missiles de croisière navals et aériens, mais ne viser que les infrastructures militaires.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé samedi aux Ukrainiens, dans une vidéo, de ne pas déposer les armes et de défendre Kiev. "Je suis là. On ne va pas déposer les armes et on va défendre notre pays", assure-t-il dans les rues de la capitale ukrainienne.

"Une nouvelle journée sur le front diplomatique a commencé par une conversation avec Emmanuel Macron" a écrit sur Twitter Volodymyr Zelensky, ce samedi matin. "Les armes et équipements de nos partenaires sont en route vers l'Ukraine. La coalition anti-guerre fonctionne !".

Le président de la République Emmanuel Macron a décidé de convoquer un nouveau conseil de défense à 17 heures. La guerre en Ukraine "durera" et "il faut nous y préparer", a prévenu ce samedi matin, au salon de l'agriculture, le chef de l'État.

LES PLUS LUS