Le ministère de l’Intérieur impose un nouveau commissaire à la tête de la BRI de Paris


La BRI de la préfecture de police de Paris lors d'une intervention le 11 novembre 2020. (Illustration/photo Actu17)

Un nouveau commissaire de police va diriger la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Paris. Simon Riondet doit prendre ses fonctions ce lundi.


Changement à la tête de la BRI de Paris. Le commissaire divisionnaire Christophe Molmy va céder sa place à son homologue, Simon Riondet (issu de la 57e promotion des commissaires de police), nommé par le ministère de l’Intérieur. Âgé de 45 ans, il était depuis juillet dernier conseiller adjoint au cabinet de Gérald Darmanin et était précédemment conseiller police à la mission opérationnelle de sécurité et de défense du cabinet de l’ex-locataire de la place Beauvau, Christophe Castaner.

Simon Riondet a également travaillé à Europol de 2015 à 2019, où il a d’abord été responsable du bureau de liaison français puis le responsable du renseignement financier. Les deux années précédentes, le commissaire a été chef du service des Caraïbes de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS). Un service qui a été remplacé par par l’Office anti-stupéfiants (OFAST) le 1er janvier 2020. Auparavant, il avait notamment dirigé la BRI de Montpellier, de 2010 à 2013.

Sa nomination à la tête de la BRI de Paris n’était pas attendue : elle a en fait été imposée par l’entourage du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin explique franceinfo. C’est une femme plus expérimentée qui était pressentie à ce poste, la commissaire divisionnaire Marie-Élisabeth Ciattoni (47e promotion), actuellement affectée à la police judiciaire parisienne.

Son nom avait été proposé par Christian Sainte, le directeur régional de la PJ. Le préfet de police Didier Lallement avait donné un accord de principe et la préfecture de police s’apprêtait à officialiser cette nomination ajoute la chaîne d’informations.


Un projet de réforme avorté à l’été 2019

La BRI de Paris s’est illustrée à plusieurs reprises ces dernières années, notamment lors de l’attentat à l’Hyper Cacher en 2015 ou encore quelques mois plus tard, lors des attentats du 13-Novembre, avec la difficile intervention du Bataclan. L’unité qui est restée installée au 36 quai des Orfèvres (Ier), est régulièrement sollicitée.

A l’été 2019, Didier Lallement avait proposé de reformer la BRI en la rattachant au RAID. Sept otages du Bataclan s’étaient alors exprimés dans une lettre ouverte, demandant l’abandon de ce projet, qui n’a finalement pas vu le jour.