Le président Erdogan caricaturé par Charlie Hebdo : la Turquie annonce des mesures «judiciaires et diplomatiques»


La Une de Charlie Hebdo ce mercredi 28 octobre.

La nouvelle Une de Charlie Hebdo n’est pas au goût de la Turquie qui a annoncé ce mercredi qu’elle allait prendre des mesures « judiciaires et diplomatiques ».

Charlie Hebdo a caricaturé le président Recep Tayyip Erdogan dans sa nouvelle parution ce mercredi. La Turquie n’a pas tardé à réagir, annonçant ce mercredi qu’elle allait prendre des mesures « judiciaires et diplomatiques ». « Les actions judiciaires et diplomatiques nécessaires seront entreprises contre ladite caricature », a prévenu la direction de la communication de la présidence turque dans un communiqué rédigé en français.

Sur cette caricature, Recep Tayyip Erdogan est en t-shirt et en sous-vêtements alors qu’il boit une bière et soulève la jupe d’une femme portant un voile. Les fesses de cette dernière sont visibles. La Turquie avait réagi dès mardi à cette caricature à la Une du journal satirique.

« Nous condamnons cet effort tout à fait méprisable de la part de cette publication pour répandre son racisme culturel et sa haine », avait déclaré le principal conseiller pour la presse du président turc, Fahrettin Altun, sur Twitter, présentant dans le même temps le dessin comme le résultat du « programme anti-musulman du président français Macron ».

« Vous êtes des bâtards, vous êtes des fils de chiennes »

Dans le même temps, le vice-ministre turc de la Culture, Serdar Çam a insulté Charlie Hebdo sur Twitter ce mardi soir, en français. « Vous êtes des bâtards, vous êtes des fils de chiennes », a-t-il écrit. Un message qui a provoqué de très nombreuses réactions, notamment celle de la députée LREM de la Manche Sonia Krimi : « Cher monsieur, ces propos ne sont pas dignes d’un vice-ministre. Le peuple turc mérite mieux que ses dirigeants », a-t-elle écrit, précisant qu’elle trouvait, pour sa part, la caricature « drôle ».

Erdogan a appelé au boycott des produits français

Les faits surviennent dans un climat de tension entre Ankara et Paris. Le président Erdogan a appelé ce lundi les Turcs à boycotter les produits français. Il a ensuite affirmé qu’une « campagne de lynchage semblable à celle contre les Juifs d’Europe avant la Seconde Guerre mondiale est en train d’être menée contre les musulmans ». « Les responsables européens doivent dire « stop » à la campagne de haine qui est dirigée par Macron », a-t-il ajouté. Les musulmans de France ne sont « pas persécutés », a réagi le Conseil français du culte musulman (CFCM).

Déjà ce samedi, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait demandé au chef de l’État Emmanuel Macron de faire examiner sa santé mentale. Des propos qualifiés d’« inadmissible » par Paris. Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne, a de son côté dénoncé des propos « inacceptables » et appelé Ankara à « cesser cette spirale dangereuse de confrontation ».