L’enquête sur les causes de la mort d’un cousin d’Adama Traoré classée sans suite par le parquet


Assa Traoré à Paris, le 13 juin 2020. (photo Pascal Bonniere/PhotoPQR/Maxppp)

Mahamadou Fofana, présenté comme un cousin d’Adama Traoré, est décédé à l’âge de 35 ans en septembre dernier alors qu’il tentait d’échapper aux policiers à Bougival (Yvelines). Son corps avait été retrouvé dans la Seine.

Le parquet de Versailles a annoncé ce vendredi que l’enquête visant à déterminer les causes de la mort de Mahamadou Fofana, présenté comme le cousin d’Adama Traoré par la famille, a été classée sans suite le 30 mars dernier. Les investigations avaient été confiées à un juge d’instruction indique Le Parisien. Elles n’ont « pas permis d’établir l’existence d’une infraction pénale », a précisé le parquet.

Pour l’avocat de la famille, Me Yassine Bouzrou, il s’agit d’une « non-information » étant donné qu’une plainte avec constitution de partie civile pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », avait été déposée « en septembre » auprès du doyen des juges d’instruction de Versailles.

Mahamadou Fofana était poursuivi par la police dans la nuit du 13 au 14 septembre dernier lorsque le drame s’est produit. L’homme de 35 ans venait d’être surpris à Marly-le-Roi par les policiers de la BAC, en compagnie de plusieurs autres individus, alors qu’il chargeait une moto volée dans un camion, également volé en 2017 avait confirmé le parquet quelques jours après les faits. Les suspects avaient pris la fuite et l’un d’entre eux avait fui à pied, avant de se jeter dans la Seine au niveau de l’île de la Loge.

Noyé dans la Seine

Essoufflé, Mahamadou Fofana avait alors tenté de faire demi-tour pour rejoindre la berge, en vain. Deux policiers avaient essayé de lui porter secours selon leur récit, en vain. Les secours ne sont pas parvenus non plus à le réanimer. Le trentenaire a été déclaré mort à 00h09. Le défunt faisait l’objet d’un mandat d’arrêt depuis 2017 et d’une condamnation à 18 mois de prison pour trafic de stupéfiant.

Le parquet a mentionné que le classement sans suite avait été décidé suite à des « expertises médico-légales (…) confirmées par les opérations de contre-autopsie sollicitées par la partie civile et menées par un collège d’experts ». « Des auditions », « des constatations opérées sur les lieux » et une « analyse des liaisons radio » ont notamment été réalisées durant les investigations.

La famille du trentenaire conteste cette version des faits. La sœur d’Adama Traoré, Assa Traoré, a affirmé que le crâne du défunt était « complètement déformé ».