Les policiers hors service et armés pourront entrer dans les établissements recevant du public


Gérald Darmanin, le 11 septembre 2020. (photo Aurelien Morissard/IP3 Press/Maxppp)

Les policiers pourront pénétrer dans les établissements recevant du public, avec leur arme, lorsqu’ils ne sont pas en service.


L’assemblée nationale a voté la mesure dans la nuit de vendredi à samedi. Les policiers seront autorisés à conserver leur arme lorsqu’ils entrent dans un établissement recevant du public, comme les salles de concert.

Le député LREM et ancien patron du RAID Jean-Michel Fauvergue a évoqué le « massacre » du Bataclan le 13 novembre 2015. « Il y avait trois policiers » dans la salle, « ils n’ont pas pu intervenir » a-t-il rappelé. « L’entrée avec l’arme de service était interdite, car il y avait une fouille ».

Depuis, les policiers et les gendarmes sont en mesure d’« avoir leur arme hors service, sur volontariat et dans certaines conditions ». Ils sont autorisés à pénétrer dans les établissements recevant du public avec leur arme mais « certains » leur refusent l’accès, notamment ceux avec des « portiques à l’entrée » a rappelé Jean-Michel Fauvergue. C’est l’objet de cette mesure qui a été votée dans le cadre de la loi « sécurité globale », qui permettra aux policiers d’entrer dans ces établissements avec leur arme.

Plusieurs élus ont fait part de leurs réserves durant les débats. « Dans un concert de rock » comme au Bataclan, c’est « extrêmement dangereux d’avoir une arme », a appuyé Alexis Corbière, député LFI. « Ce qui est demandé, ce n’est pas de multiplier les armes partout. Je suis contre ça, je suis contre une société à l’américaine », a prévenu Jean-Michel Fauvergue.


Le gouvernement a fait voter un amendement promettant un décret en Conseil d’État, une « garantie supplémentaire ».

D’autre part, l’article 24 qui pénalise la diffusion malveillante d’images ayant pour but de porter atteinte aux forces de l’ordre a été adopté ce vendredi par l’Assemblée nationale.