Les pompiers en intervention ne paieront plus aux péages des autoroutes


Illustration © Actu17

La mesure a été votée en octobre 2017 et était très attendue depuis un accord obtenu en avril dernier par la ministre des Transports avec les sociétés d’autoroutes.

Les société d’autoroutes ont annoncé ce jeudi que l’accès à leur réseau sera désormais gratuit pour les véhicules de pompiers en intervention. Jusqu’à présent, seuls les accès pour des interventions sur l’autoroute n’étaient pas facturés.

Des badges spécifiques

« Les sociétés concessionnaires proposent d’équiper gratuitement les véhicules prioritaires des SDIS (Services départementaux de secours et incendie) de badges spécifiques de télépéage associés aux plaques d’immatriculation afin d’assurer un passage rapide dans les voies. Il appartiendra aux gestionnaires des SDIS de confirmer, a posteriori, les passages effectués en opération et qui ne donneront lieu à aucune facturation », a indiqué l’Association française des sociétés d’autoroutes (AFSA) dans un communiqué.

Un site pilote

Cette mesure sera d’abord appliquée dans les Alpes-Maritimes, avant de s’étendre sur tout le territoire. Ce Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) pourrait ainsi économiser 125 000 euros, soit l’équivalent de 320 casques dernière génération, relate France Bleu.

Une mesure « de bon sens »

Pour la ministre chargée des Transports à cette période, Elisabeth Borne : « C’est une mesure de bon sens et d’intérêt général », avait-elle déclaré en avril dernier.

Cette mesure n’avait pas été appliquée car les contrats liant l’État aux sociétés d’autoroutes prévoient que tout manque à gagner soit compensé. Les conventions qui les lient vont être élargies sans compensation.

Quid des autres services de secours ?

Le texte de loi voté en octobre 2017 est clair et impose à tous les concessionnaires d’autoroutes la gratuité pour l’ensemble des véhicules de secours : les pompiers, les policiers, les gendarmes et le SAMU. La question concernant ces derniers n’a pas été évoquée. Près de deux ans après ce vote, aucun décret d’application n’a été publié.