L’ex-nageur Yannick Agnel mis en examen pour «viol et agression sexuelle sur mineur de 15 ans»

Yannick Agnel, le 29 juillet 2013 à Barcelone. (BrunoRosa/shutterstock)

Accusé de viol et d’agression sexuelle sur mineure, l’ex-nageur professionnel et champion olympique Yannick Agnel a été placé en garde à vue ce jeudi. Déféré, il a été mis en examen ce samedi soir avant d’être remis en liberté sous contrôle judiciaire.

20h00. Yannick Agnel a été mis en examen pour « viol et agression sexuelle sur mineur de 15 ans ». Le parquet avait requis son placement en détention provisoire mais l’ex-nageur professionnel a été laissé libre sous contrôle judiciaire.

12h40. La garde à vue du champion olympique de natation Yannick Agnel a pris fin ce samedi. L’ex-nageur professionnel de 29 ans va être présenté devant un juge d’instruction dans la journée indique BFMTV. Il est accusé de viol et agression sexuelle sur mineure.

Les faits présumés se sont déroulés en Thaïlande lors d’un stage du club de Mulhouse (Haut-Rhin) début 2016 d’après Le Parisien. La victime présumée était âgée de 13 ans et a aujourd’hui 19 ans. Cette dernière est la fille de Lionel Horter, l’entraîneur du Mulhouse Olympique Natation (MON). Elle a déposé plainte l’été dernier.

Après un an d’entraînement aux États-Unis, Yannick Agnel était revenu en France en 2014, et avait pris une licence au MON, où il s’est entraîné durant deux ans, jusqu’aux JO de 2016.

La fédération française de natation pourrait se constituer partie civile

Dans un communiqué ce vendredi, la fédération française de natation a indiqué ne disposer « d’aucune information complémentaire sur cette affaire et n’a pas été consultée ou interrogée en amont de cette interpellation ». « Le principe de présomption d’innocence doit être respecté dans l’attente du dénouement de la procédure pénale, à laquelle la Fédération prêtera la plus grande attention. Toutefois, comme pour tout dossier sensible de ce type, en fonction des éléments qui seront portés à sa connaissance et au regard du fait que la victime serait licenciée à la Fédération, il pourra être envisagé de se constituer partie civile dans cette affaire ».