Lille : Elle refuse de donner 5€ à une inconnue pour rentrer chez elle et reçoit un coup de poing au visage


Illustration. (Flickr / J.-C. Jacques)

Une femme de 36 ans, bien connue de la justice, a été placée en détention provisoire en l’attente de son jugement. Elle est accusée d’avoir commis trois agressions, dont une où elle a exigé de l’argent à une jeune femme à Lille, pour la laisser accéder à son logement.


Cette habitante de Lille (Nord) rentrait chez elle ce mardi 28 janvier lorsqu’elle est tombée sur une femme à l’entrée de son immeuble. Cette dernière, ivre et agressive, lui a barré la route et a exigé cinq euros pour la laisser passer raconte La Voix du Nord.

La victime a refusé et a reçu un violent coup de poing au visage, malgré l’intervention de son compagnon. La victime a eu une dent cassée.

Une agression similaire en décembre

Interpellée puis présentée au tribunal correctionnel ce jeudi dans le cadre de son jugement en comparution immédiate, Mina B., 36 ans, a demandé le renvoi de son procès afin de préparer sa défense. La prévenue est accusée d’avoir commis au total, trois agressions différentes.

Le 14 décembre dernier, elle avait commis une agression similaire sur une autre victime. Mina B. est également soupçonnée d’avoir volé avec violences le téléphone portable d’une femme âgée, en bousculant celle qui l’accompagnait.


Déjà condamnée 18 fois

Au cours de cette audience, le procureur de la République a réclamé le placement en détention provisoire de la prévenue jusqu’à son jugement, cette dernière ayant parmi ses 18 mentions inscrites sur son casier judiciaire « de nombreux faits de violence ».

L’avocate de la mise en cause a plaidé pour un placement sous contrôle judiciaire, rappelant que sa cliente vit en foyer, qu’elle est une ancienne toxicomane et qu’elle a un rendez-vous à venir pour sa cure pour lutter contre son alcoolisme. Son avocate a également rappelé que la prévenue avait quatre enfants placés en foyer ou en famille d’accueil.

Le tribunal a décidé de placer Mina B. en détention provisoire. Elle sera jugée le 21 février prochain.