Lot-et-Garonne : 2 ans de prison ferme pour avoir traîné un gendarme avec sa voiture.


Illustration Actu17 ©

« J’avais qu’une crainte, c’est de passer sous la voiture » a témoigné le militaire.

Le drame a été évité de justesse samedi vers 23h30 à Foulayronnes dans le Lot-et-Garonne. Des gendarmes contrôlaient un automobiliste qui circulait sur une route de Foulayronnes dans le Lot-et-Garonne. Alors que les militaires tentaient de le faire souffler à l’éthylotest, sans succès, le conducteur avait brusquement démarré. Un gendarme du peloton motorisé d’Agen s’était retrouvé traîné sur dix mètres par le fuyard, avant d’être éjecté.

Méprise, peur et amnésie

Le militaire a témoigné à la barre du tribunal : « Ça s’est passé tellement vite. J’ai commencé à courir et au bout de plusieurs mètres, alors que mes genoux touchaient terre je suis parvenu à me dégager en poussant le visage du conducteur, et me suis retrouvé au sol. J’avais qu’une crainte, c’est de passer sous la voiture », rapporte Sud-Ouest.

Le mis en cause, Abdellatif Haidala, a plaidé la méprise, indiquant – par le biais de son interpête – avoir confondu le contrôle routier avec un dispositif de gendarmerie pour protéger un accident… Puis il a évoqué la peur de perdre son permis, sachant qu’il avait bu et qu’il ne lui restait que quelques points sur son précieux sésame. Enfin, le prévenu a fait état d’une amnésie : « un voile noir devant les yeux [lorsqu’il réfléchit] à ses problèmes » l’aurait empêché d’appréhender correctement la situation.

2 ans de prison ferme et 1 200 € de dommages et intérêts

Pas dupe, le tribunal a condamné le chauffard à 2 ans de prison ferme et 1 200 € de dommages et intérêts à verser au gendarme. En outre, sa voiture a été confisqué et son permis de conduire a été annulé, avec interdiction de le repasser avant six mois.