Lutte anti-drogue : Christophe Castaner annonce la création de l’Office anti-stupéfiants (Ofast)


Christophe Castaner le 19 avril 2019. (photo Frederic Legrand/COMEO/Shutterstock)

En déplacement à Marseille ce mardi matin, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé la création d’un nouvel office baptisé «Ofast».

Il s’agit d’un nouveau plan anti-drogue majeur. Accompagné de trois autres membres du gouvernement, Christophe Castaner a annoncé ce mardi matin la création d’une nouvelle structure qui va remplacer l’Office central pour la répression du trafic illégal de stupéfiants (Ocrtis) dont la réputation a été entachée par plusieurs affaires.

Le ministre de l’Intérieur a annoncé durant sa conférence de presse à Marseille que l’Ofast (l’Office anti-stupéfiants) « coordonnera l’action de tous les acteurs dans la lutte anti-stupéfiants au niveau local et national ».

« Nous nous devions de mettre en place une organisation plus efficace et rationnelle » a ajouté Christophe Castaner qui a fait part de son intention d’en finir avec « la multiplicité des services impliqués, un partage insuffisant des informations, un fonctionnement en silo pouvaient nuire à la qualité des enquêtes ».

Police, gendarmerie, douanes et magistrats associés

L’Ofast associera police, gendarmerie, douanes et magistrats a précisé le ministre qui était en présence de son secrétaire d’État Laurent Nuñez mais aussi la garde des Sceaux Nicole Belloubet et le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, dont dépendent les Douanes.


Par ailleurs, l’Ofast disposera de 150 enquêteurs et sera dirigée par Stéphanie Charbonnier, actuelle conseillère « justice » du directeur général de la police nationale (DGPN). Cette dernière sera secondée par le procureur de Bayonne Samuel Vuelta-Simon.

« Le trafic de stupéfiants est au cœur de toutes les délinquances »

Le plan du gouvernement contient au total 55 mesures pour lutter contre les trafics de stupéfiants qualifiée de « menace mère » par Christophe Castaner dans une interview donnée à La Voix du Nord récemment. « Avec près de 3 milliards d’euros blanchis chaque année, le trafic de stupéfiants est au cœur de toutes les délinquances. Il dégrade les conditions de vie de nos concitoyens et gangrène nos quartiers », a déclaré le ministre de l’Intérieur ce mardi.

Parmi ces mesures, l’expérimentation d’une plateforme d’appel dédiée et anonyme pour signaler les points de vente.