Marseille : Le policier hors service qui avait été poignardé après une altercation a été mis en examen


Illustration. (biDaala_studio / Shutterstock)

Un policier hors service âgé de 25 ans avait été poignardé et grièvement blessé le 11 janvier dernier à Marseille, il vient d’être mis en examen pour violences volontaires.

C’est un rebondissement important dans l’enquête sur le coup de couteau porté à un policier hors service dans la rue Balthazar de Montron à Marseille (4e), le samedi 11 janvier dernier dans la soirée. Le fonctionnaire vient d’être mis en examen pour violences volontaires.

Les premiers éléments de cette affaire avaient montré qu’il était en repos ce soir-là et qu’il était intervenu dans un différend entre plusieurs personnes. L’enquête s’est ensuite orientée vers une autre piste. Le policier très alcoolisé au moment des faits se serait disputé avec deux mineurs dans une épicerie pour un motif futile, avant de décider de rentrer chez lui rapporte La Provence.

Un coup de pied avant le coup de couteau ?

Il serait ensuite revenu dans cette même épicerie et aurait demandé au gérant de rappeler les deux mineurs, avec l’intention d’en découdre avec eux. Le fonctionnaire aurait alors porté un coup de pied à l’un des deux jeunes âgé de 17 ans, qui aurait répliqué par ce coup de couteau.

Touché à l’abdomen, le policier récemment sorti d’école et affecté à la compagnie d’assistance administrative et judiciaire (CAAJ), avait alors été conduite à l’hôpital alors que son pronostic vital était engagé. Ce dernier a subi une lourde opération chirurgicale au niveau du foie.


L’avocat de l’adolescent évoque un « guet-apens »

L’auteur présumé du coup de couteau s’était rendu de lui-même à la police le lendemain des faits. Il a ensuite été mis en examen pour violences volontaires ayant entrainé une ITT de plus de 8 jours et laissé libre sous contrôle judiciaire.

Son avocat, Me Kader Sebbar, a indiqué au quotidien ce mercredi que son client « était tombé dans un guet-apens », et espère que la justice lui reconnaîtra « de larges circonstances atténuantes et des torts partagés ».