Marseille : Un couple victime d’une agression ultra-violente en pleine rue, quatre individus écroués


La cathédrale de La Major à Marseille (en second plan). (Illustration/shutterstock)

Un couple a été très violemment agressé à Marseille dans le quartier du Panier, par un groupe de cinq individus. L’une des victimes a été rouée de coups et a frôlé la mort. Quatre suspects ont été écroués.

Une agression aussi violente que « gratuite ». Un homme a été sauvagement passé à tabac en pleine rue tandis que sa compagne a réussi à s’enfuir, échappant au pire. Les faits se sont déroulés le lundi 24 mai dernier vers 23 heures, sur le parvis de la cathédrale de La Major à Marseille (IIe). Un homme de 44 ans et sa compagne ont été pris à partie par cinq individus qu’ils ne connaissent pas, sans aucune raison.

Rapidement, une incroyable violence s’est abattue sur le quadragénaire. Il a été littéralement roué de coups. Pris en charge par les secours, l’homme qui souffre de multiples fractures, a été transporté à l’hôpital alors que ses jours étaient en danger. Il a été placé dans un coma artificiel.

Placé dans un coma artificiel

Son état de santé s’est légèrement amélioré en début de semaine et son pronostic vital n’est plus engagé indique une source proche du dossier. On ne sait néanmoins pas encore si la victime va conserver des séquelles de cette agression ultra-violente. Son incapacité totale de travail (ITT) a été fixée à 60 jours pour l’heure. Sa compagne a quant à elle réussi à prendre la fuite lors de cette attaque.

Les policiers se sont immédiatement mis à la recherche des auteurs de cet acte. Ils ont scruté les images de vidéosurveillances durant plusieurs heures pour tenter d’identifier les mis en cause et retracer le parcours de leur fuite. Quatre des cinq agresseurs présumés ont été interpellés le lendemain des faits par les policiers de la brigade anticriminalité (BAC) du centre. Le cinquième complice est recherché par les forces de l’ordre.

« Cette agression a duré quatre minutes, avec un acharnement hallucinant sur ce monsieur », détaille Rudy Manna, secrétaire départemental du syndicat Alliance Police Nationale des Bouches-du-Rhône, à CNews. Les victimes « sont tombées sur une horde sauvage, sur des gens qui ne sont pas des êtres humains », ajoute-t-il.

Alcool, stupéfiants et protoxyde d’azote

Durant leur garde à vue, les quatre hommes – l’un est mineur – ont reconnu leur présence sur le lieu des faits. L’un d’entre eux, âgé de 20 ans, a admis qu’il était l’auteur de la majorité des coups portés au quadragénaire. Ils ont également affirmé qu’ils avaient consommé de l’alcool, des produits stupéfiants, ainsi que du protoxyde d’azote au moment de cette agression. Trois des mis en cause sont déjà connus des services de police.

Les quatre suspects ont été déférés, mis en examen pour tentative d’homicide aggravée et placés en détention provisoire. Une information judiciaire a également été ouverte.