Meurthe-et-Moselle : Une femme tuée de multiples coups de couteau, son compagnon écroué

Un surveillant pénitentiaire. (Illustration/AFP/Archives ) - Tous droits réservés. © 2022 Agence France-Presse

La victime de 56 ans a reçu de nombreux coups de couteau à Labry (Meurthe-et-Moselle). Son compagnon a été mis en examen pour « meurtre par conjoint » avant d’être placé en détention provisoire a annoncé le parquet ce lundi.

Un homme de 51 ans qui a reconnu avoir poignardé sa compagne de 56 ans le 1er janvier à Labry (Meurthe-et-Moselle), a été mis en examen lundi pour meurtre par conjoint et placé en détention provisoire, a annoncé le parquet de Nancy. « Monsieur Yves J. a été mis en examen ce jour par un juge d’instruction du chef de meurtre par conjoint puis placé en détention provisoire », a annoncé le procureur de la République de Nancy, François Pérain.

La victime avait été retrouvée samedi matin à Labry. Le suspect avait rapidement reconnu avoir porté plusieurs coups de couteau « à la suite d’une dispute », et a poursuivi ses aveux au cours de ses interrogatoires, a précisé M. Pérain. Selon le magistrat, « aucune plainte » ou « main courante n’avait été déposée par la victime ». Le suspect n’était pas connu pour des faits de violences conjugales mais pour des délits routiers, des usages de stupéfiants ou des dégradations.

Un couteau « planté dans sa poitrine »

Ce sont des voisins du couple qui avaient alerté les forces de l’ordre de la survenue d’un « différend conjugal manifestement violent dans un appartement de leur immeuble », avait indiqué M. Pérain samedi. A leur arrivée, les policiers avaient découvert le corps de la victime, qui présentait « de nombreuses plaies par arme blanche », et avec un couteau « planté dans sa poitrine ». Les forces de l’ordre avaient par ailleurs trouvé dans l’appartement « une corde avec un nœud coulant », que le suspect voulait utiliser pour mettre fin à ses jours, toujours selon le procureur.

Employé à la mairie de Jarny, une commune voisine, le suspect a affirmé qu’il était, au moment des faits, « en arrêt maladie pour dépression nerveuse ».

Deux autres féminicides en 48 heures

Samedi, une autre femme, âgée de 27 ans, avait été tuée à coups de couteaux dans le Maine-et-Loire. Son compagnon, un militaire de 22 ans, a été mis en examen et placé en détention provisoire lundi. Samedi également, le corps d’une femme de 47 ans avait été retrouvée dans le coffre d’une voiture à Nice. Une information judiciaire pour assassinat a été ouverte lundi après que son ex-compagnon, âgé de 60 ans, a reconnu l’avoir étranglée.

Selon le dernier bilan du ministère de l’Intérieur, 102 femmes avaient été tuées sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint en 2020. Elles étaient 146 en 2019. Le collectif féministe contre les violences sexistes et sexuelles #NousToutes a dénombré 113 féminicides en 2021.