Meurtre d’Adrien Perez : l’un des meurtriers présumés reste finalement en prison


Adrien Pérez a été tué le 29 juillet 2018 à Meylan. (DR)

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Grenoble a décidé d’aller à l’encontre de la décision du juge des libertés et de la détention (JLD), qui avait autorisé la remise en liberté d’un des trois suspects dans l’affaire du meurtre d’Adrien Perez.

Yanis El Habib reste derrière les barreaux. Au lendemain du deuxième anniversaire de la mort d’Adrien Perez, poignardé à mort le 29 juillet 2018 à Meylan (Isère), la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Grenoble a décidé de prolonger la mesure de détention provisoire de l’un des trois suspects mis en examen dans cette affaire.

Un juge des libertés et de la détention avait accepté la demande de remise en liberté sous contrôle judiciaire de Yanis El Habib le 23 juillet dernier, avant que le parquet ne fasse appel de cette décision. Le choix du JLD avait provoqué le désarroi des parents de la victime.

Les parents d’Adrien Perez se sont montrés soulagés après cette décision de la justice. « L’idée n’est pas de crier victoire, mais désormais les parents d’Adrien peuvent de nouveau attendre le procès sereinement. La décision de la juge des libertés et de la détention avait ébranlé leur confiance en la justice; cette confiance est désormais restaurée », a expliqué l’avocat de la famille Me Denis Dreyfus, au journal Le Figaro.

Poignardé à mort en défendant l’un de ses amis

Les faits s’étaient déroulés le 29 juillet 2018 au petit matin. Adrien avait fêté son anniversaire dans la boite de nuit « Le Phoenix » à Meylan et venait de quitter l’établissement avec ses amis. C’est alors que deux individus ont importuné une fille du groupe. Un ami d’Adrien est intervenu. Deux frères, Yanis et Younès El Habib, et l’un de leur ami, Liam Djadouri, s’en sont pris à lui.


Adrien et son ami Matthieu sont venus à son secours. Ce dernier a été poignardé et grièvement blessé au poumon et à un bras, tandis qu’Adrien a été tué.

Yanis El Habib qui est aujourd’hui âgé de 21 ans, est écroué au centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Il nie avoir porté le coup de couteau mortel. Son frère Younès, âgé de 23 ans, s’accuse du meurtre. Quant au troisième mis en cause, Liam Djadouri, 22 ans, il n’a pas été incarcéré et reste libre sous contrôle judiciaire depuis le début de cette affaire. Le procès pourrait se tenir en 2021.