Meurtre de Victorine : accusé de viol par une autre jeune femme, le suspect interrogé par les gendarmes


Ludovic Bertin a été mis en examen pour le meurtre de la jeune Victorine Dartois. (DR)

L’auteur présumé du meurtre de Victorine Dartois à Villefontaine (Isère) a été entendu au cours d’une garde à vue ce mardi, dans le cadre d’une enquête pour viol. L’homme de 25 ans a gardé le silence.


Ludovic Bertin a été extrait de sa cellule de la prison d’Aiton (Savoie) ce mardi matin, pour être placé en garde à vue rapporte Le Dauphiné. Cet homme de 25 ans a déjà été mis en examen pour « enlèvement, séquestration, meurtre précédé d’un crime, une tentative de viol », dans l’affaire Victorine Dartois, cette jeune fille de 18 ans retrouvée morte le 28 septembre dernier, à Villefontaine (Isère), trois jours après sa disparition.

Les enquêteurs de la section de recherche (SR) de Grenoble souhaitait cette fois l’entendre dans une autre affaire. L’homme est en effet visé par une plainte pour viol. Des faits présumés qui se sont déroulés en 2018 a précisé le parquet. La plaignante – une jeune femme de 20 ans – a déposé plainte en octobre dernier contre Ludovic Bertin, après l’avoir reconnu lorsque son visage a été diffusé par les médias suite à sa mise en examen.

« Elle a ressenti une forme de culpabilité de ne pas avoir signalé les faits en 2018 »

C’est lors d’une soirée arrosée qui s’est déroulée à quelques kilomètres de Villefontaine que la jeune femme affirme avoir été agressée sexuellement par Ludovic Bertin. Elle n’avait pas déposé plainte à l’époque. Après l’affaire Victorine, « elle a ressenti une forme de culpabilité de ne pas avoir signalé les faits en 2018 », indique une source proche de l’enquête citée par Le Parisien. Avant de placer le suspect de 25 ans en garde à vue, les enquêteurs ont interrogé d’autres personnes ayant participé à cette soirée.

Lors de son audition ce mardi, le mis en cause est resté silencieux. « Ludovic Bertin a souhaité faire usage de son droit à garder le silence. De ce fait, le parquet ne communiquera pas plus de détails sur cette enquête, quant à présent, afin de préserver la poursuite de l’enquête et notamment la sincérité des éventuelles déclarations que l’intéressé pourra décider de faire ultérieurement », a indiqué le procureur de la République adjoint de Grenoble, Boris Duffau, dans un communiqué. En outre, un réquisitoire supplétif pour viol sera pris par le parquet.


Il nie tout mobile sexuel dans le meurtre de Victorine

Mi-octobre, le tueur présumé de Victorine Dartois a affirmé aux gendarmes qu’il avait croisé « par hasard » la victime et qu’une « dispute avait éclaté entre eux, après une bousculade involontaire » avait détaillé le procureur de la République, lors d’une conférence de presse au moment de la mise en examen du suspect. « Il aurait très rapidement paniqué et l’aurait saisie [la victime] par le cou en le serrant très fort », par deux fois a indiqué le procureur adjoint. « Il aurait ensuite déposé le corps inanimé dans l’eau, à proximité du lieu de leur rencontre, pour dissimuler ledit corps ». Le pantalon de l’étudiante en BTS était baissé lorsqu’elle a été retrouvée, ce qui a conduit le parquet à retenir la qualification de tentative de viol. Ludovic Bertin conteste tout mobile sexuel dans cette affaire.

L’homme est déjà « connu des services de police et de la justice » et a déjà été « condamné à une dizaine de reprises pour des délits de droit commun ». Depuis sa mise en examen, il n’a pas été de nouveau entendu par les enquêteurs concernant l’affaire Victorine.