Militaire poignardée à mort dans le Maine-et-Loire : les premiers éléments de l’enquête

Illustration. (NeydtStock/shutterstock)

Une jeune militaire de 27 ans a été poignardée à mort dans une résidence de Bellevigne-les-Châteaux, près de Saumur (Maine-et-Loire), tôt ce samedi matin. Le tueur présumé de 21 ans, qui est son compagnon et qui est lui aussi soldat, a été interpellé quelques heures plus tard. Il a été placé en garde à vue.

Le corps sans vie de la victime, une femme de 27 ans, a été découvert vers 5 heures ce samedi matin dans la coursive extérieure d’une résidence située dans le bourg de Chacé, commune déléguée de la commune nouvelle de Bellevigne-les-Châteaux, a indiqué la procureure de la République de Saumur, Alexandra Verron. Militaire de carrière, la femme avait reçu de nombreux coups à l’arme blanche.

Les gendarmes se sont lancés à la recherche de l’auteur présumé des faits, qui est le compagnon de la défunte âgé de 21 ans. Une quarantaine de militaires ont été mobilisés, ainsi qu’un hélicoptère. Le suspect « a été interpellé à quelques centaines de mètres du lieu des faits et placé en garde à vue pour le crime d’homicide volontaire par concubin à 11h13 », précise le parquet dans son communiqué. La défunte ainsi que le mis en cause étaient tous les deux militaires de carrière affectés « dans deux régiments distincts ».

« Le mis en cause est brusquement devenu agressif et violent »

Dans des circonstances qui restent encore à éclaircir, le suspect qui était ivre est devenu « agressif et violent ». « Le couple séjournait depuis plusieurs jours au domicile du frère du mis en cause, également présent au moment des faits. Après une consommation importante d’alcool, le mis en cause est brusquement devenu agressif et violent à l’égard de son frère et de la victime », décrit le parquet. Son frère a alors alerté la gendarmerie, en se mettant à l’extérieur du logement. Le suspect a sorti la victime de l’appartement et lui a porté « plusieurs coups de couteau sur le palier ».

Une autopsie sera pratiquée ce dimanche matin. La procureure avait évoqué la piste d’un féminicide en début de journée. Une enquête est ouverte.