Montauban : Le gendarme qui a mortellement neutralisé le chauffeur de poids-lourd est en garde à vue


Illustration. (Adobe Stock)

Le gendarme de 36 ans qui a ouvert mortellement le feu vendredi à Montauban (Tarn-et-Garonne) sur le conducteur d’un poids-lourd en fuite qui venait de refuser un contrôle, a été placé en garde à vue. La mesure de privation de libertés a été prolongée ce samedi soir.

Deux enquêtes différentes ont été ouvertes dans cette affaire. L’une a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie de Toulouse pour déterminer les délits imputables au conducteur du poids-lourd de 35 ans : refus d’obtempérer, mise en danger de la vie d’autrui et des forces de l’ordre. La seconde concerne l’usage de l’arme du gendarme qui a ouvert le feu à quatre reprises, les investigations ont été confiées à l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN).

Le militaire de 36 ans qui est un adjudant du Peloton motorisé (PMO) de Montauban, a été placé en garde à vue ce vendredi en fin d’après-midi et la mesure a été prolongée ce samedi soir. Des « vérifications » sont toujours en cours a précisé le procureur de la République, Laurent Czernik, à France Bleu.

« Sa volonté était a priori d’arrêter l’ensemble routier »

L’enquête a été ouverte pour « violences par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner » a mentionné le magistrat. Le gendarme a « a priori fait feu à quatre reprises » et « sa volonté était a priori d’arrêter l’ensemble routier » a-t-il souligné.

« Une balle de 9mn a mortellement touché le chauffeur » qui a ensuite été extrait de la cabine du semi-remorque par les militaires, qui « ont essayé de le maintenir en vie en faisant un point de compression sur la blessure ». Le poids-lourd s’est dans le même temps embrasé et a été totalement détruit.


Une autopsie sera pratiquée ce lundi et permettra de déterminer les causes exactes du décès du conducteur. Le conducteur venait d’être contrôlé positif à la cocaïne lorsqu’il a pris la fuite.

Tout avait débuté par un simple contrôle routier des gendarmes à Montauban, ce vendredi en début d’après-midi. Le chauffeur du semi-remorque venait d’emprunter un sens interdit. Les gendarmes ont constaté que son permis de conduire présentait un solde de point nul mais que cela ne lui avait pas encore été notifié. Alors qu’il avait toujours son document, l’homme a « commencé à s’agacer ». Il est remonté dans sa cabine prétextant vouloir « profiter de la climatisation » et a redémarré pour fuir. Une course-poursuite a alors débuté sur la route départementale 820 puis sur l’autoroute A20.

Il percute et traîne une voiture de gendarmerie « sur plusieurs dizaines de mètres »

Les militaires ont tenté de stopper le poids-lourd avec des herses mais le chauffeur a poursuivi sa route avec des pneus crevés. Un peu plus loin sur un rond-point, un gendarme a ordonné au fuyard de s’arrêter en effectuant des gestes réglementaires. Il a finalement dû « s’écarter pour ne pas être percuté ».

Un véhicule de gendarmerie a ensuite doublé le poids-lourd sur la rocade et lui a barré le chemin mais le chauffard l’a « percuté et traîné sur plusieurs dizaines de mètres ». C’est à ce moment-là que le second gendarme a ouvert le feu, pour arrêter le semi-remorque qui avançait dans sa direction.

Déjà condamné à sept reprises

Le chauffard de 35 ans est décédé des suites de ses blessures. L’homme était intérimaire pour une société basée en Lot-et-Garonne et transportait des colis a détaillé le procureur, ajoutant qu’il avait « 14 affaires à son actif » et avait déjà été condamné à 7 reprises dont 3 fois pour avoir conduit sans assurance.