Mort de Steve à Nantes : Un gendarme convoqué pour des propos moqueurs sur Facebook


Illustration Actu17 ©

La gendarmerie nationale a ouvert une enquête administrative ce mercredi après la découverte de propos moqueurs sur la mort de Steve Maia Caniço, le jeune homme de 24 ans dont le corps a été repêché dans la Loire lundi, à Nantes (Loire-Atlantique). Un gendarme a été identifié comme étant l’auteur de l’une des publications.

Des propos déplacés, moqueurs et ironiques ont été relevés sur les réseaux sociaux par « Nantes Révoltés » sur Twitter ce mardi. Il s’agit d’un compte qui se présente comme un média alternatif, rapportant des « infos sur les luttes sociales et environnementales à Nantes et dans le monde ».

Sur ces captures écrans provenant de Facebook, on aperçoit un article du journal Le Figaro qui a été partagé et qui évoque la découverte du corps de Steve. En commentaires, de nombreux propos moqueurs ou ironiques. « Nantes Révoltés » a indiqué que plusieurs des internautes à l’origine de ces messages seraient des gendarmes, des photos de militaires de la gendarmerie étant visibles sur au moins l’un des comptes concernés.

L’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) a confirmé qu’une enquête administrative avait été ouverte et que le gendarme qui a été identifié, allait être entendu prochainement. Le compte concerné a été fermé hier.

Un appel à « buter du flic » sur Twitter

Dans le même temps, le syndicat de police Alliance a diffusé ce mercredi le commentaire d’un internaute sur Twitter, appelant à « buter du flic » et à tuer « les gosses de flics », proposant de « les noyer ». Son message débute par le hashtag #JusticePourSteve, largement utilisé ces dernières heures sur les réseaux sociaux.

La Direction générale de la police nationale (DGPN) a été saisie de cette affaire précise l’organisation syndicale.