Mort de Thomas Rauschkolb en 2015 : une photo avec Nordahl Lelandais relance l’enquête


Thomas Rauschkolb a été pris en photo avec Nordahl Lelandais en août 2012, au Studio 54, une boite de nuit Grésy-sur-Aix. (photo Facebook)

Le père de Thomas Rauschkolb, retrouvé mort en 2015, a reçu en mars dernier une photo où l’on aperçoit son fils à côté de Nordahl Lelandais, dans la boite de nuit où Thomas a été vu vivant pour la dernière fois. La justice avait conclu à un accident d’ivresse, son père n’en croit pas un mot.

Cette photo pour le moins troublante a été prise en août 2012 au Studio 54, une boite de nuit situé à Grésy-sur-Aix (Savoie). C’est une serveuse de l’établissement de nuit qui l’a diffusée sur Facebook à l’époque. A côté de Thomas Rauschkolb, il s’agit bien de Nordahl Lelandais comme l’indique Le Parisien. Le père de Thomas a reçu cette image le 18 mars dernier.

Cette boite de nuit, c’est le dernier endroit où Thomas Rauschkolb a été vu vivant. Ce soir là, le 27 décembre 2015, le jeune homme âgé de 18 ans a quitté l’appartement de son père pour se rendre au Studio 54. Un établissement de nuit situé à une trentaine de kilomètres de Domessin, là où Nordahl Lelandais a grandi. Le lendemain, le corps de Thomas a été retrouvé dans la rivière Sierroz, à proximité de cette boite de nuit.

L’enquête a alors rapidement conclu à une mort accidentelle, liée à l’alcool. Le père de Thomas, Francis Rauschkolb, n’a jamais cru à cette thèse.

Le dossier Thomas Rauschkolb fait partie de ceux étudiés par la cellule Ariane

Cette photo pourrait bien relancer l’enquête. Selon les informations du journal francilien, les enquêteurs sont convaincus qu’il s’agit bien de Nordahl Lelandais sur cette image, ce qui ne semble faire aucun doute. « Mais attention, cette photo ne prouve pas à ce stade qu’il est lié à la mort de Thomas Rauschkolb. Juste qu’il a fréquenté la même discothèque », prévient une source proche de l’enquête.


« Rien ne dit que Lelandais n’y était pas aussi le jour de sa mort », affirme le père de Thomas, qui évoque « trop de coïncidences ». L’affaire Thomas Rauschkolb fait partie des 40 dossiers non-élucidés qui ont été retenus par la cellule Ariane de la gendarmerie qui analyse toutes les affaires pouvant être reliées à Nordahl Lelandais, déjà mis en examen dans la mort de la petite Maëlys et celle du caporal Arthur Noyer.

Francis Rauschkolb juge cette piste « crédible » et rappelle que le caporal Noyer sortait lui aussi d’une boite de nuit, à moins de 20 km de Grésy-sur-Aix, lorsqu’il a été tué.

Thomas Rauschkolb. (photo non datée / DR)

Thomas avait perdu une chaussure ainsi que sa ceinture

Le père de la victime a relevé plusieurs éléments troublants. D’abord le fait que son fils a emprunté un chemin contraire à celui qu’il prend d’habitude pour rentrer chez lui. D’autre part, Thomas aurait enjambé une barrière, perdant l’une de ses chaussures à cette occasion.

Sa ceinture a été retrouvée accrochée à un grillage à quelques dizaines de mètres de son corps. « Il voulait échapper à quelqu’un et fuyait », affirme son père. Concernant la ceinture, « il dû vouloir se défendre avec. C’est ma conviction depuis longtemps », poursuit-il.

« Je ferai tout pour connaître la vérité »

Francis Rauschkolb a refusé de faire incinérer son fils afin que son corps puisse être exhumé et autopsié si l’enquête l’exige. Une demande que son avocat, Me Boulloud pourrait ainsi faire d’ici peu, auprès des enquêteurs. « Je ferai tout pour connaître la vérité. Cette photo, c’est un vrai espoir », insiste Francis.