Nantes : Une femme violée en pleine rue, un suspect en situation irrégulière en France placé en garde à vue


Illustration. (ManuelEsteban/Shutterstock)

Une femme de 37 ans a été violemment agressée et violée en pleine rue à Nantes (Loire-Atlantique). Un suspect en situation irrégulière en France a été placé en garde à vue, il était recherché depuis plusieurs mois.

Les policiers ont reçu la plainte d’une femme de 37 ans le 19 janvier dernier. Elle a raconté ce qui lui était arrivée dans les rues de Nantes la nuit précédente relate Ouest-France. Elle rentrait d’une soirée vers 2 heures du matin et allait récupérer son vélo, lorsqu’elle a été abordée par un homme.

Ce dernier a trouvé un prétexte pour lui adresser la parole et lui a réclamé une cigarette. Il lui a ensuite proposé de s’asseoir à côté de lui sur un banc.

Après quelques échanges, la jeune femme a découvert que certaines de ses affaires étaient manquantes dans son sac. L’homme lui a alors fait du chantage, réclamant une relation intime avec elle pour lui rendre ses biens.

Des témoins interviennent et mettent l’agresseur en fuite

Alors qu’elle se levait pour partir, le suspect l’a maintenue par le bras. La victime s’est débattue et a été jetée au sol. La trentenaire a raconté qu’elle avait été agressée sexuellement puis violée de manière digitale. Des riverains qui ont entendu ses hurlements se sont approchés et ont mis en fuite l’agresseur.


Une enquête a alors été ouverte et les témoins ont été auditionnés. Leur récit correspondait aux déclarations de la victime.

L’ADN a parlé

Un ADN a également pu être isolé sur les vêtements de la trentenaire. Le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) a montré qu’il s’agissait de celui d’un homme âgé de 36 ans, déjà connu des services de police donc.

Une fiche de recherche a été émise à son encontre. Ce dernier a finalement été interpellé ce mercredi, sur le quai de la Fosse à Nantes. L’homme qui est en situation irrégulière en France, a été placé en garde à vue. La mesure de privation de libertés a été prolongée ce jeudi et le mis en cause pourrait être déféré dans la journée.