Nice : Une femme retrouvée morte dans le coffre d’une voiture, son ex-compagnon et son fils interpellés

Illustration. (Jose Hernandez/Camera 51/shutterstock)

Une mère de famille de 45 ans a été retrouvée morte dans le coffre d’une voiture à Nice (Alpes-Maritimes). Son ex-compagnon de 60 ans et son fils de 24 ans ont été placés en garde à vue. Il s’agirait du troisième féminicide en France depuis le début de l’année.

C’est la fille de la victime qui a donné l’alerte vers 21 heures ce vendredi soir. Une femme de 45 ans, mère de trois enfants, aurait été tuée par son ex-compagnon à Nice. Le drame a été annoncé par le maire de la ville, Christian Estrosi, sur Twitter durant la nuit du Nouvel An. « Je veux dénoncer l’horreur de cet assassinat. Mes pensées sont tournées vers les enfants, la famille et les proches de la victime qui était un agent de notre collectivité », a écrit l’édile.

Le meurtre s’est produit au 193 boulevard de la Madeleine. Le suspect, qui est âgé de 60 ans, s’est présenté aux policiers, à la caserne Auvare, « spontanément », a indiqué la procureure de la République Parvine Deriveri. « Il a été rejoint par le fils ainé de 24 ans un peu plus tard. Il a indiqué qu’il avait eu une dispute avec sa femme et ne savait pas dans quel état elle était. Il a alors conduit les enquêteurs au domicile familial. Le corps sans vie avait été placé dans le coffre de la voiture du fils, garée dans le garage de la résidence ». Le corps de la victime présentait des traces de strangulation.

Le couple qui a eu trois enfants de 17, 21 et 24 ans, s’était séparé en juin dernier a précisé la magistrate. Le parquet de Nice a ouvert une enquête pour « homicide volontaire par conjoint ». Les investigations ont été confiées à la brigade criminelle de la sûreté départementale.

Deux autres femmes tuées, leur compagnon interpellé

Le meurtre de cette quadragénaire serait le troisième féminicide dans le pays, en 2022. Ce samedi, deux autres femmes de 27 et 56 ans ont été tuées à l’arme blanche, à Bellevigne-les-Châteaux (Maine-et-Loire), et à Labry, un village de Meurthe-et-Moselle. La première était une militaire de carrière. Leurs compagnons ont été placés en garde à vue. Le collectif « NousToutes » a dénombré pas moins de 113 féminicides en 2021. Selon le ministère de l’Intérieur, 102 crimes du même type ont été commis en France en 2020, et 146 en 2019.