«Nique la police» chante le groupe de rap 13 Block dans son nouveau clip, «écœurant» réagit le DGPN


Le clip vidéo de la chanson "Fuck le 17" du groupe 13 Block est sorti ce vendredi. (capture écran vidéo Youtube)

Le clip vidéo de la nouvelle chanson du groupe de rap français 13 Block a rapidement fait réagir le Directeur général de la police nationale, Éric Morvan. «Nique la police» répètent les rappeurs dans les paroles de cette nouvelle composition, extraite du dernier album du groupe « BLO », sorti le 26 avril dernier.

«Fuck le 17» s’appelle l’une des dernières chansons de 13 Block, un groupe composé de quatre rappeurs originaires du quartier des Beaudottes à Sevran, en Seine-Saint-Denis. Le clip de cette nouvelle chanson est sorti ce vendredi 1er novembre, notamment sur Youtube.

Dans le texte de la chanson « Fuck le 17 » dont le titre fait référence au numéro d’urgence de la police, les propos sont clairement « anti-flics ». « Nique la police, nique la police, j’ai ces trois points sur mon sage-vi (…) Confronté aux forces de l’ordre, Nos journées font leurs salaires (…) fuck le 17, mort aux porcs », peut-on notamment entendre.

Contrôle musclé, armes à feu et doigts d’honneur

Une chanson qui a désormais son clip, qui dure 3:37 minutes. Le tournage débute par une caméra placée dans une voiture de police. On voit ensuite les quatre rappeurs face à face avec quatre policiers équipés avec du matériel de maintien de l’ordre, avec en fond, deux véhicules de police sérigraphiés.

Les deux policiers qui composent cette patrouille procèdent au contrôle d’identité du conducteur d’une voiture, de façon musclée, avant que ce dernier ne reparte au volant de son véhicule. Les quatre artistes sont ensuite filmés avec des armes à feu et de l’argent, dans une chambre d’hôtel. A plusieurs reprises dans la vidéo, les rappeurs et leurs figurants font des doigts d’honneur tout en répétant « Fuck le 17 ».


« Mort aux porcs » a été retiré du clip

Les mots « mort aux porcs » ne sont pas audibles dans le son du clip vidéo, à l’inverse de la chanson sur l’album, comme l’a remarqué le magazine spécialisé dans l’actualité du rap, Interlude. La phrase a été remplacée par le bruit d’un chargeur dans la vidéo.

« Tout dans le clip de 13 Block est écœurant »

Le Directeur général de la police nationale (DGPN), Éric Morvan, a réagi ce samedi sur Twitter à la diffusion de ce nouveau clip. « La provocation à la haine anti-flics, la glorification du communautarisme, la promotion des trafics mortifères et d’un machisme pitoyable, tout dans le clip de 13 Block est écœurant », a-t-il écrit.

« Il n’existe pas de délit de bêtise, mais pour le reste, je ferai le nécessaire », précise le DGPN.

De son côté, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur Laurent Nunez a annoncé que la juste allait être saisie. « Insulter et outrager les policiers est inadmissible », a-t-il écrit sur Twitter.


Des rappeurs ont déjà été condamnés dans le passé

En 2017, un autre rappeur, Jo Le Phéno, a été condamné à 2000 euros d’amende pour son clip « Bavure » dans lequel il appelait à « fumer » les policiers : « Trop de nos frères sont partis à cause d’une bavure policière. (…) Sans hésiter, faut les fumer ».

Bien avant cette affaire, c’est le groupe NTM qui avait été condamné en juin 1997, par la cour d’appel d’Aix-en-Provence. Les deux rappeurs avait écopé d’une amende de 50.000 francs (7600 euros) et deux mois de prison avec sursis, pour leur chanson « Police » dans laquelle on pouvait entendre « Assassin de la police ».