Noisiel : Un policier de 30 ans s’est suicidé, le troisième en 48 heures

Illustration. (Jose Hernandez/Camera 51/shutterstock)

Un policier âgé de 30 ans a mis fin à ses jours ce samedi à son domicile de Noisiel (Seine-et-Marne). En 48 heures, c’est le troisième policier national à se donner la mort.

Nouveau drame dans les rangs de la police nationale ce samedi. Un policier âgé de 30 ans s’est suicidé à son domicile de Noisiel apprend-on de source policière. Originaire de Brest, Pierre-Yves était affecté à la brigade de recherches et d’investigations financières (BRIF) de la direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) parisienne. Il a utilisé une arme à feu pour commettre son geste ultime, dont les raisons restent inconnues.

« La préfecture de police de Paris est unie et adresse ses pensées les plus émues à sa famille et à l’ensemble de ses collègues », a-t-elle réagi sur Twitter.

Depuis jeudi, c’est le troisième policier à se donner la mort. Une jeune policière de 23 ans qui travaillait au commissariat de Lille (Nord) a été retrouvée sans vie à son domicile ce jeudi soir, tandis qu’un fonctionnaire de 22 ans qui travaillait à la compagnie de garde de l’Élysée (CGE) de la direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) s’est ôté la vie quelques heures plus tard, au Kremlin-Bicêtre.

Il s’agirait du cinquième suicide dans les rangs de la police nationale depuis le 1er janvier. Le ministère de l’Intérieur a mis en place deux dispositifs pour faire face aux difficultés rencontrées par les agents de la police nationale. Une ligne d’écoute est disponible pour les fonctionnaires victimes d’agressions ou de menaces au 0800 95 00 17, tous les jours, de 5 heures à 23 heures. Une cellule de soutien psychologique est également ouverte 24h/24 au 0805 230 405. Les appels sont « anonymes, confidentiels et gratuits ».

Trois associations luttent également contre ces tragédies au sein de l’institution : SOS Policiers en Détresse (PEPS-SOS), Assopol, et Alerte police en souffrance (APS).