«On découpe comme Samuel Paty, sans empathie» : prison ferme pour le rappeur Maka qui a été écroué


Le rappeur Maka dans son clip "S***** P***". (capture écran vidéo)

Le rappeur Maka a écopé d’une peine de 21 mois de prison et a été incarcéré à l’issue de son procès qui s’est tenu ce jeudi à Meaux (Seine-et-Marne).


Ses paroles avaient provoqué de vives réactions et l’ouverture d’une enquête. Le clip de la chanson « S***** P*** » a été diffusé sur YouTube le 12 novembre dernier. Un titre dans lequel le rappeur répète : « On découpe comme Samuel Paty, sans empathie ». Maka, de son vrai nom Nelson M., a été interpellé mardi matin à Lagny-sur-Marne avant d’être placé en garde à vue, comme nous l’avions révélé.

Le jeune homme âgé de 18 ans a été déféré et jugé par le tribunal correctionnel de Meaux ce jeudi raconte Le Parisien. Il était poursuivi pour apologie publique d’un acte de terrorisme, port sans motif légitime d’arme blanche, en l’espèce un coupe-coupe qu’il dit factice, et pour recel de bien provenant d’un délit : il a utilisé une voiture volée dans son clip, qu’il a incendiée. Le rappeur était récemment sorti de prison après avoir été condamné dans une affaire de violences.

« Il s’agit de faits extrêmement graves, avec un clip qui peut susciter des vocations. Vous êtes sous contrôle judiciaire, en sursis probatoire, avec un clip tourné le 30 octobre au soir, dans une période de couvre-feu, soit une logique de confrontation à l’État », a lancé le président au début de l’audience.

Dans ce clip qui a depuis été retiré de YouTube, le rappeur Maka apparaît avec une machette à la main. Des figurants sont masqués et certains armés de divers objets tranchants.


« Je veux être un artiste, il fallait un petit coup de boost »

« Le clip est violent, c’est vrai. Je n’avais pas fait attention à toutes les conséquences », reconnait le prévenu durant le procès. « Ma phrase, ‘on découpe comme Samuel Paty’, ça voulait dire qu’on découpe la musique. Quand mon clip est sorti, j’ai vu les critiques et je l’ai supprimé. Je tiens à m’excuser, j’ai tenu des propos très choquants. Je veux être un artiste, il fallait un petit coup de boost », a-t-il justifié.

La représentante du parquet a quant à elle dénoncé un acte « extrêmement choisi et réfléchi ». Les arguments et les excuses du prévenu n’ont pas suffi. Maka a été condamné à 15 mois de prison ferme, auxquels se sont ajoutés six mois d’un sursis révoqué d’une précédente affaire. Un mandat de dépôt a été délivré, le jeune rappeur a été conduit en prison.