Oyonnax : Des caméras de surveillance détruites à la disqueuse par un groupe d’individus

Des individus ont été filmés en train de scier le mât d'une vidéosurveillance, à Oyonnax. (capture écran/DR)

Deux caméras de surveillance ont été détruites par une vingtaine d’individus ce dimanche soir à Oyonnax (Ain). La scène a été filmée et les images diffusées sur les réseaux sociaux.

Plusieurs caméras de surveillance ont été détruites la nuit dernière sur la commune d’Oyonnax. Il s’agit de l’œuvre d’un groupe d’une vingtaine d’individus au visage dissimulé, équipés d’une disqueuse thermique.

Les auteurs ont scié le mât de la caméra de surveillance se trouvant sur la route de la Forge. Une scène qui a été filmée par des témoins dont les images ont été publiées sur les réseaux sociaux. La route avait été barrée par les complices de l’homme en pleine action précise une source policière. Le mât a fini par tomber et la caméra a été piétinée par les auteurs, qui ont pris la fuite. A l’arrivée des policiers, il n’y avait plus personne.

« Une caméra de vidéo-protection fraîchement installée et aussitôt détruite ! », s’exclame le syndicat Alliance Police Nationale qui a diffusé une partie de la vidéo amateur, dénonçant « l’impunité », tout en faisant référence aux états généraux de la justice qui ont débuté ce lundi.

Une autre caméra de surveillance a été détruite dans la même soirée, rue Castellion d’après Le Progrès. Un mât devant accueillir prochainement une caméra a aussi été découpé dans la rue Saint-Exupéry. Une plainte doit être déposée par la mairie. Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat de la commune.

Un cas similaire récent à Bron

Il y a une douzaine de jours à Bron, dans la métropole de Lyon (Rhône), les policiers ont surpris six individus qui avaient installé une échelle et qui étaient en train de découper le mât d’une vidéosurveillance. L’un d’entre eux avait été interpellé et placé en garde à vue.

A Montbéliard (Doubs), il y a un peu moins d’un an, des individus avaient carrément dérobé un engin de chantier pour détruire des vidéosurveillances. Des vidéos amateurs avaient là aussi été diffusées sur les réseaux sociaux.