Paris : Sous son lit, le chef d’entreprise dissimulait une Kalachnikov, un fusil à pompe et un pistolet


Illustration. (Shutterstock / August_0802)

Les policiers ont fait une saisie intéressante dans un appartement cossu du XVIème arrondissement de Paris. L’habitant détenait des armes aux numéros de série limés.


L’affaire a été mise au jour après une altercation qui a eu lieu lundi vers 15 heures, dans le très chic XVIème arrondissement de Paris. Un habitant a eu un différend avec un livreur Deliveroo, relate Le Parisien. Après un échange d’insultes, l’homme est remonté dans son appartement et en est ressorti muni d’une arme de poing.

Il a retrouvé le livreur à mobylette arrêté à un feu rouge et l’a menacé avec le pistolet : « Là tu fais moins le malin ! », lui a-t-il lancé. Choquée, la victime a pris la fuite et s’est directement rendue au commissariat de l’arrondissement pour déposer plainte.

Arrêté la veille avec 4 000 masques FFP2

À l’évocation du nom du suspect, les policiers ont fait le lien avec une interpellation qui avait eu lieu la veille. Doublés par la droite par cet homme, les fonctionnaires avaient procédé à son contrôle routier et avaient découvert 4 000 masques FFP2 dans son véhicule. Il avait été conduit au commissariat puis laissé libre.

Cette fois, les policiers sont allés l’interpeller chez lui et l’homme a été placé en garde à vue. Une perquisition menée à son domicile a permis aux enquêteurs de découvrir, cachés sous son lit, une Kalachnikov et deux chargeurs garnis, sept cartouches de calibre 7.62, un fusil à pompe accompagné de huit cartouches, ainsi qu’un pistolet semi-automatique Beretta et un chargeur.


Un gyrophare dans sa voiture

Au vu des faits, la permanence criminelle du parquet de Paris a confié l’enquête au 1er District de police judiciaire (DPJ). Le lendemain, lors de la perquisition de sa voiture, les policiers ont découvert un gyrophare.

Le profil du suspect est atypique. Âgé de 33 ans, il est diplômé, chef d’entreprise, et cadre supérieur. Il est toutefois connu pour une affaire d’escroquerie, et plus important, a un frère lié au grand banditisme, auteur de vols à main armée et séquestration, qui se trouve actuellement en prison.

Une information judiciaire ouverte

Les enquêteurs ont fouillé son passé et constaté que les deux frères ont vécu leur jeunesse dans une cité de Meaux (Seine-et-Marne). Pour justifier la présence à son domicile des armes aux numéros de série limés, le suspect a d’ailleurs évoqué cette ville. Il a affirmé que des individus de Meaux l’avaient contraint à garder les armes chez lui sous la menace.

Soupçonné d’être en lien avec le milieu du grand-banditisme, le suspect a été déféré ce vendredi au Palais de justice, porte de Clichy (XVIIe), à l’issue de sa garde à vue. Une information judiciaire a été ouverte. Le trentenaire a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Il a donc retrouvé la liberté, tandis que les investigations se poursuivent.