Paris : Un dealer «Uber shit» à scooter interpellé en pleine livraison


Un livreur de drogue à domicile a été interpellé avec près de 300 grammes de cannabis et de la cocaïne.

Le dealer âgé de 20 ans circulait à scooter porte de la Chapelle à Paris (18e) lorsqu’il a attiré l’attention des policiers. L’homme transportait près de 300 grammes de cannabis prêts à la vente ainsi que de la cocaïne. Il a terminé en garde à vue.

Il était visiblement en pleine livraison de produits stupéfiants lorsqu’il a été interpellé par les policiers de la compagnie de sécurisation et d’intervention parisienne (CSI 75), ce mardi vers 17 heures. Ces derniers étaient à pied, en sécurisation au niveau de la porte de la Chapelle suite à l’opération d’évacuation des toxicomanes dans le secteur des jardins d’Éole et de Stalingrad ce vendredi, afin que ces derniers ne se réinstallent pas.

Ils ont aperçu un homme sur un scooter de type Yamaha XMax qui zigzaguait entre les voitures pour gagner du temps, sous leurs yeux. Les policiers ont décidé de le contrôler. Le scootériste s’est retrouvé coincé dans la circulation et a tenté de prendre la fuite en voyant arriver les forces de l’ordre. Il s’est alors opposé violemment à son contrôle, hurlant pour attirer les passants, mais a été maîtrisé. Les fonctionnaires ont rapidement compris pourquoi il avait tenté de leur échapper.

Un homme âgé de 20 ans bien connu de la police

Une forte odeur de cannabis se dégageait de son deux-roues. Le suspect a été interpellé alors que les policiers commençaient à recevoir des insultes de la part de personnes venus s’agglutiner autour de l’intervention. Le scootériste âgé de 20 ans dont la profession est technicien à la RATP, transportait en effet de la drogue dans son sac.

Une cinquantaine de pochons de cannabis pour un poids total de 300 grammes ont été saisis, ainsi qu’une petite quantité de cocaïne. La drogue était prête à la vente. Un mode opératoire bien connu des forces de l’ordre et souvent appelé « Uber shit » dans leur jargon. Le suspect avait également plusieurs centaines d’euros sur lui, en petites coupures. Il avait manifestement déjà effectué plusieurs transactions.

Bien connu des services de police et de justice, le mis en cause a été placé en garde à vue. Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat.