Paris : Une pharmacie victime d’un faux vendeur de masques respiratoires se fait escroquer plus de 5000 euros


Des masques de protection respiratoire FFP2. (Illustration Actu17)

Un homme s’est fait passer pour le représentant commercial d’un laboratoire vendant des masques de protection respiratoire auprès d’une pharmacie. Il est parvenu à obtenir un peu plus de 5000 euros par cette manœuvre frauduleuse avant de disparaître.

INFO ACTU17. Les masques de protection respiratoire sont interdits à la vente au grand public en France depuis la semaine dernière après une mesure du gouvernement qui souhaite les réserver aux patients vulnérables et aux professionnels de santé. Ces masques de type FFP2 ou FFP3 sont désormais vendus à des prix multipliés jusqu’à quinze selon les modèles, sur le marché noir, et restent difficiles à trouver chez les fournisseurs.

C’est dans ce contexte qu’un individu a contacté une pharmacie située rue de Lyon dans le XIIe arrondissement de Paris la semaine dernière, se faisant passer pour le représentant commercial d’un laboratoire français qui vend ce type de produits.

Une commande de 1000 masques et 600 flacons de gel hydroalcoolique

Au bout du fil, l’homme a expliqué qu’il était en capacité de vendre des centaines de masques respiratoires mais également des flacons de gel hydroalcoolique. Le pharmacien qui a déposé plainte, a expliqué aux policiers qu’il avait alors accepté de passer une commande de 1000 masques et de 600 flacons de gel.

Le paiement pour l’ensemble de la marchandise, d’un montant de 5376 euros, a été réalisé et l’escroc a annoncé à sa victime qu’elle serait livrée le 6 ou le 7 mars. Les produits ne sont jamais arrivés et le pharmacien n’a plus réussi à joindre de nouveau cet homme, qui a disparu avec le butin.


Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat du XIIe arrondissement.

Plus de 4000 masques respiratoire dérobés dans deux hôpitaux

Ces derniers jours, plus de 4000 masques de protection respiratoire ont été dérobés dans deux hôpitaux parisiens. Deux plaintes ont été déposées par l’AP-HP et une double enquête a été ouverte.