Paris : Violents incidents durant la manifestation du personnel soignant, au moins 16 interpellations


Les forces de l'ordre font face à des casseurs et des émeutiers place des Invalides à Paris. (capture écran vidéo/Clément Lanot)

De violents incidents ont éclaté vers 15 heures ce mardi, place des Invalides à Paris (VIIe), en marge de la manifestation du personnel soignant. Au moins 16 personnes ont été interpellées. Les forces de l’ordre, très violemment prises à partie, ont fait usage de moyens lacrymogènes.

Fin de notre direct. Merci de nous avoir suivis. Recevez nos alertes en direct avec l’appli Actu17 pour smartphone.

18h35. Peu avant que les incidents éclatent, des CRS qui fermaient une rue ont été visés par des jets de projectiles et de pétards.

17h51. La manifestation touche à sa fin. « Manifestation déclarée et autorisée par la préfecture de police, gâchée par les exactions commises par des casseurs qui n’ont rien à voir avec les soignants. La préfecture de police dénonce ces comportements violents », indique la préfecture de police sur Twitter.

17h30. Un policier a été violemment frappé au sol par plusieurs individus durant la manifestation.

16h50. Plusieurs milliers de personnes participent ce mardi après-midi à la manifestation du personnel soignant qui a débuté dans le calme à 13 heures. Ces derniers réclament notamment des moyens supplémentaires pour l’hôpital public ainsi que des recrutements. De nombreuses pancartes tenues par des infirmières ou des aide-soignants, des médecins et des brancardiers ont fait leur apparition.

De violents incidents ont ensuite éclaté peu après 15 heures. Des individus habillés tout en noir, au visage dissimulé, ont d’abord retourné une voiture Smart avant de s’en prendre aux forces de l’ordre et d’incendier des poubelles.


Les policiers, notamment des BRAV-M (Brigades de répression de l’action violente motorisées), ont ensuite utilisé des moyens lacrymogènes et ont réalisé plusieurs charges pour procéder aux interpellation des fauteurs de troubles.

Au moins 16 personnes ont été arrêtées jusqu’ici a annoncé la préfecture de police qui évoque la présence d’un black bloc. Une journaliste a également été sérieusement blessée aux jambes durant les violents affrontements.