Pas-de-Calais : Il tue sa mère et brûle son corps après une conversation «qui lui a déplu»


Illustration. (Adobe Stock ©)

Le corps de la victime avait été retrouvé calciné dans sa chambre après un incendie. Son fils avait affirmé être absent au moment du drame car il sortait son chien, avant de passer aux aveux.

Un homme, âgé de 24 ans, était poursuivi pour avoir tué sa mère et brûlé son corps à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), jeudi. Ce jour-là, les pompiers étaient intervenus au domicile d’une femme de 56 ans pour un incendie, rapporte La Voix du Nord. Ils avaient découvert l’habitante calcinée dans sa chambre.

Son fils, qui vivait avec elle mais ne se trouvait pas sur place, avait affirmé être sorti promener son chien au moment du drame. Interpellé ce mardi, il est finalement revenu sur ses déclarations et a avoué avoir étranglé sa mère jusqu’à ce qu’elle meure, avant de brûler son corps.

Les expertises et constatations contredisent le suspect

L’autopsie avait démontré que les fumées inhalées « ne pouvaient pas être la seule cause du décès ». Les enquêteurs avait alors recherché les causes précises de l’incendie, a indiqué le procureur de la République de Boulogne-sur-Mer, Pascal Marconville.

Les enquêteurs ont interrogé le principal suspect sur la raison de la présence d’une bouteille d’alcool à brûler vide près du corps. Le jeune homme a « expliqué que sa mère et son frère faisaient des travaux » dans la maison.


Une ligne de défense mise à mal par les constatations de la police technique et scientifique de Lille qui « ont montré que le point de départ du feu était situé au niveau du corps », a précisé le magistrat.

Une conversation « qui lui a déplu »

Après être passé aux aveux, le fils de la victime a expliqué son geste en affirmant qu’il ne s’entendait pas avec sa mère. Il a confié qu’il était passé à l’acte après une conversation avec la victime « qui lui a déplu ».

Au terme de sa garde à vue ce mercredi, le jeune homme a été présenté à un juge d’instruction. Il a été mis en examen pour « homicide volontaire » et placé en détention provisoire.