Policier tué à Villeneuve d’Ascq : la conductrice remise en liberté après 3 semaines de prison


Le véhicule des policiers a été violemment percuté. (DR)

La conductrice qui a percuté une voiture de police à Villeneuve d’Ascq (Nord) ce vendredi 4 septembre, tuant un fonctionnaire, a été remise en liberté trois semaines après le drame. Un syndicat de police fait part de sa colère.

La femme de 26 ans qui était au volant de la voiture qui a violemment percuté un véhicule de police à Villeneuve d’Ascq le 4 septembre dernier, est sortie de prison apprend-on ce jeudi. Cette dernière qui a été mise en examen pour homicide involontaire aggravé et blessures involontaires aggravées, a été laissée libre sous contrôle judiciaire vingt jours après avoir été placée en détention provisoire.

Cette nuit-là, deux policiers se trouvaient dans ce véhicule sérigraphié. Vers 23h30, ils se rendaient sur une intervention – un cambriolage en cours – avec les gyrophares allumés, lorsqu’à un carrefour sur le boulevard de Mons, leur voiture a été emboutie par celle de la conductrice. Romain B. était assis sur le siège passager. Âgé de 36 ans et père d’une petite fille, il a été déclaré mort sur place. Son collègue Julien a été blessé.

 

La mise en cause était en état d’ivresse au moment des faits et avait consommé du cannabis. Les résultats des analyses toxicologiques n’ont pas encore été dévoilés. Elle conduisait également sans permis de conduire.

Une « justice à deux vitesses »

La nouvelle de sa remise en liberté a provoqué une vague d’indignation dans les rangs policiers, alors qu’un mouvement de colère traverse l’institution depuis plusieurs jours.

Le syndicat Alliance Police Nationale a réagi dans un tract ce jeudi et dénonce une « justice à deux vitesses ». La mise en cause « passera Noël en famille », « la veuve et les orphelins de Romain passeront Noël sans leur mari et père », constate amèrement l’organisation syndicale.