Policière rouée de coups à Champigny au Nouvel an 2018 : prison ferme pour trois mineurs


Une policière avait été sauvagement rouée de coups à Champigny, le 31 décembre 2017. (capture écran/DR)

Sept majeurs avaient déjà été condamnés dans cette affaire, en novembre dernier. Une policière avait été rouée de coups par de nombreux individus à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) le soir de la Saint-Sylvestre 2017. Son collègue avait lui aussi été frappé.

Quatre mineurs ont été condamnés à des peines d’emprisonnement ferme par le tribunal pour enfants de Créteil ce vendredi. Deux d’entre eux, jugés pour violences volontaires aggravées sur une fonctionnaire de police, ont écopé d’une peine de deux ans d’emprisonnement dont un an avec sursis indique Ouest France. Le troisième a été condamné à 18 mois de prison dont 15 mois avec sursis a indiqué le parquet.

Le quatrième a quant à lui été condamné à 70 heures de travail d’intérêt général, pour avoir diffusé la vidéo montrant l’agression sauvage de la policière, sur les réseaux sociaux.

De huit mois de sursis à trois ans ferme pour sept majeurs

Dans cette affaire, sept autres prévenus majeurs ont été condamnés à des peines allant de huit mois de sursis à 3 ans de prison ferme, en novembre dernier au tribunal correctionnel de Créteil.

Les deux policiers – une gardienne de la paix âgée de 26 ans aujourd’hui et son collègue âgé de 48 ans – avaient été très violemment agressés au cours d’une intervention durant la nuit du Nouvel an 2018. La policière avait été encerclée et rouée de coups alors qu’elle était tombée au sol. Cette terrible scène avait été diffusée sur les réseaux sociaux. « Ils m’ont brisée, je ne suis plus la même personne qu’il y a trois ans », avait confié la jeune victime avant l’audience. Elle s’était vu attribuer 30 jours d’Incapacité totale de travail (ITT). Depuis son agression, cette dernière a été mutée en province.

Des rassemblements de policiers ce mardi

Plusieurs centaines de policiers se sont rassemblés ce mardi devant les tribunaux en France pour protester contre le verdict dans l’affaire de l’attaque aux cocktails Molotov des policiers à Viry-Châtillon (Val-de-Marne), en 2016. Des rassemblements organisés à l’appel du syndicat Alliance police nationale. Dans ce dossier, cinq accusés ont écopé de peines allant de 6 à 18 ans de prison, huit autres ont été relaxés. L’un des fonctionnaires avait passé plusieurs semaines dans le coma.