Psychologue tuée à Annecy : elle s’apprêtait à faire un signalement à la justice visant le meurtrier


Morgane Nauwelaers, psychologue à Annecy, avait rédigé un signalement destiné à la justice, la veille de son assassinat. (photo DR)

Morgane Nauwelaers, jeune psychologue âgée d’un trentaine d’années et mère d’un enfant de 18 mois, a été assassinée par un septuagénaire sur son lieu de travail, mercredi à Annecy (Haute-Savoie). On en sait plus sur les circonstances de ce drame et sur la progression de l’enquête en cours.

Deux jours après le drame qui a coûté la vie à une jeune femme et bouleversé toute une profession, on en sait plus sur les probables motivations du criminel. Ce mercredi, Morgane Nauwelaers, une psychologue âgée d’une trentaine d’années, se trouvait avec une patiente à son cabinet, situé au 2ème étage du 68 rue Carnot à Annecy. Vers 11 heures, son futur bourreau est entré avec un fusil de chasse dissimulé dans un sac, relate Le Parisien.

Il s’est emparé de l’arme et a froidement tiré une balle dans la tête de la trentenaire. Le mari de la victime, qui travaille lui aussi comme psychologue dans ce cabinet, est intervenu. Il a désarmé l’assassin. Malheureusement, il était déjà trop tard pour Morgane Nauwelaers.

Le tireur âgé de 75 ans, lui, est reparti sans frémir. Couvert de sang, il a été suivi par le mari de la victime jusque dans la rue, où ce dernier a hurlé de désespoir : « Il vient de tuer ma femme ! ». Des passants l’ont suivi jusque dans un parking où son véhicule était stationné, et l’ont bloqué au niveau des caisses. C’est là que les policiers l’ont interpellé. Le tueur leur a simplement lâché avoir « tiré sur une femme ».

Morgane Nauwelaers, mère d’un enfant de 18 mois, a été prise en charge par les secours dans un état désespéré. Elle est décédée à l’hôpital d’Annecy en début d’après-midi.


Elle allait faire un signalement le concernant auprès de la justice

Les enquêteurs de la police judiciaire, en charge des investigations, en ont appris un peu plus sur les circonstances de ce meurtre qui avait été prémédité.

Durant la garde à vue du septuagénaire, marié, père deux enfants, et qui réside à Chambéry (Savoie), les policiers ont appris que Morgane Nauwelaers envisageait de le signaler à la justice. Ce signalement concernait « des faits de nature sexuelle commis par le septuagénaire sur mineure de 15 ans dans le cadre familial », a indiqué la procureure d’Annecy, Véronique Denizot citée par le quotidien francilien. Il avait été rédigé la veille de sa mort. Aucune autre précision n’a été communiquée pour le moment.

Le mis en cause n’avait pas de casier judiciaire. Il doit être présenté à un juge d’instruction en vue d’une probable mise en examen pour « assassinat ».

Le drame a particulièrement bouleversé la profession, mais aussi l’opinion publique. Des anonymes ont déposé des fleurs sur le lieu du drame, qui a coûté la vie à la jeune femme. Les investigations se poursuivent pour faire toute la lumière sur ce crime.