Retraitée décapitée à Agde : un suspect placé en garde à vue


Illustration. (photo Baziz Chibane/PhotoPQR/La Voix du Nord/Maxppp)

Un suspect de 51 ans a été interpellé et placé en garde à vue ce jeudi soir, après la décapitation d’une femme de 77 ans à Agde (Hérault), à son domicile.

Une retraitée âgée de 77 ans, Evelyne K., a été retrouvée décapitée dans sa maison d’Agde ce mercredi soir par les sapeurs-pompiers. C’est le fils de la défunte, qui habite dans l’Essonne, qui a donné l’alerte peu avant, inquiet de ne plus avoir de nouvelles de sa mère. Les investigations menées par les enquêteurs de la police judiciaire de Montpellier ont rapidement progressé puisqu’un suspect a été interpellé et placé en garde à vue ce jeudi soir d’après des sources policières. Il aurait été identifié notamment à l’aide des vidéosurveillances du domicile.

Le suspect interpellé est un homme qui venait faire de petits travaux chez la victime selon franceinfo. Âgé de 51 ans, il « connaissait la victime », confirme Raphaël Balland, le procureur de la République de Béziers. « Il a été placé en garde à vue du chef d’assassinat compte tenu des évolutions des investigations laissant présumer des éléments de préméditation. En l’état, il bénéficie pleinement de la présomption d’innocence ».

1000 euros retirés avec la carte bancaire de la défunte

En outre, un retrait de 1000 euros a été effectué avec la carte bancaire de la septuagénaire, après son décès a révélé M6. Les motivations du tueur restent inconnues à ce stade. Le parquet antiterroriste ne s’est pas saisi de cette affaire.

La défunte, mère de deux enfants, était une institutrice à la retraite. Elle vivait seule depuis le décès de son mari il y a deux ans. Evelyne K., qui habitait dans le quartier de la Tamarissière, n’a pas répondu au téléphone lorsque son fils l’a appelée. Il a décidé de regarder les vidéosurveillances de la maison et a constaté du désordre dans une pièce, comme si elle avait été fouillée détaille le Métropolitain. C’est à ce moment-là qu’il a décidé de contacter la police.

Le corps décapité se trouvait dans la cuisine. Sur place, les policiers n’ont pas retrouvé l’arme blanche qui a été utilisée pour cet atroce crime et ont constaté qu’il n’y avait aucune trace d’effraction au niveau de la porte.