Rodéo sauvage à Nice : les policiers violemment pris à partie par une trentaine d’individus


Les policiers ont été la cible de jets de projectiles lors d'une interpellation. (capture écran vidéo/image Alliance police nationale)

Alors qu’ils venaient d’arrêter un homme en plein rodéo sauvage sur une motocross à Nice (Alpes-Maritimes) ce vendredi, les policiers ont été contraints de se replier : ils étaient attaqués par une trentaine d’individus. Deux fonctionnaires ont été blessés.


Nouvelle scène de violences à l’encontre des forces de l’ordre, cette fois à Nice. L’affaire a débuté lorsqu’une patrouille de police a repéré un homme à motocross qui faisait du rodéo sauvage, vers 19 heures ce vendredi soir.

Les trois policiers sont parvenus à rattraper cet individu sur l’avenue Martin Luther King dans le quartier des Moulins. La situation a alors rapidement dégénéré. Le conducteur « a refusé d’obtempérer et a tenté de prendre la fuite » explique le syndicat Alliance dans un communiqué.

Il a finalement été interpellé mais les forces de l’ordre se sont retrouvées face à « une trentaine d’individus ». Ces derniers ont violemment pris à partie les fonctionnaires « à coup de projectiles », des « pierres et des bouteilles ». Face à cette agression, les policiers ont été contraints de relâcher l’interpellé et ont rejoint leur véhicule.

Un suspect arrêté puis remis en liberté

Dans le même temps, la motocross qui était non homologuée a été récupérée par d’autres individus. Dans une vidéo amateur diffusée sur les réseaux sociaux, on aperçoit la voiture de police faire une marche arrière tant bien que mal, alors que des projectiles sont lancés sur le véhicule. Les forces de l’ordre ont dû se replier en attendant l’arrivée de renforts.


Un suspect a pu être interpellé. Il a été placé en garde à vue mais a été remis en liberté « faute d’éléments suffisants », a indiqué le procureur de la République cité par Nice-Matin.

Deux blessés et un véhicule de police endommagé

Deux policiers ont été blessés au cours de cette intervention, l’un « au poignet avec une suspicion de fissure osseuse nécessitant un arrêt de travail », le second au coude.

Par ailleurs, leur véhicule a été endommagé : le pare-brise a été brisé tout comme la rampe sur le toit de la voiture, dans laquelle se trouvent notamment les gyrophares.

L’organisation syndicale dit attendre « que la justice réponde, pour que la loi de la République soit respectée en tout point du territoire ». « Nous demandons des sanctions exemplaires pour tous ceux qui s’en prennent aux forces de l’ordre », a réagi de son côté le syndicat Unité SGP Police FO du département.

Les rodéos sauvages se sont multipliés dans plusieurs villes de France ces dernières semaines. A plusieurs reprises, les forces de l’ordre ont été prises à partie lors de leurs interventions, comme par exemple à Sartrouville dans les Yvelines dans la nuit de vendredi à samedi.