Saint-Denis : Un chauffard frappe un policier hors service qui lui signale sa conduite dangereuse

Illustration. (photo Guillaume Bonnefont/Ip3 Press/Maxppp)

Deux policiers qui se rendaient à leur travail en voiture ont été agressés par un chauffard à qui ils tentaient de signaler sa conduite dangereuse. Ils ont annoncé leur qualité et l’un des fonctionnaires a reçu un coup de poing au visage. Six jours d’Incapacité totale de travail (ITT) lui ont été attribués. Le chauffard de 28 ans a été interpellé peu après. Il a été déféré ce dimanche.

En se rendant au travail quelques heures avant la nouvelle année, ces deux policiers ont croisé la route d’un chauffard à qui ils ont voulu faire remarquer sa conduite hasardeuse. Ce dernier est venu à leur contact et la situation a rapidement dégénéré. L’un des fonctionnaires a reçu un coup de poing en plein visage après lui avoir dit qu’il était policier. L’homme âgé de 28 ans, qui était avec trois femmes dans sa voiture, a finalement été interpellé peu après.

L’affaire a débuté à 20 heures ce 31 décembre. Deux policiers de la brigade anticriminalité parisienne de nuit (BAC 75N) faisaient la route ensemble vers leur service, avec la voiture personnelle de l’un d’eux, pour une nuit de réveillon au travail, dans les rues de Paris. Durant le trajet alors qu’ils passent par Saint-Denis, ils aperçoivent un homme au volant d’une Peugeot 308 SW qui arrive derrière eux et qui grille plusieurs feux rouges, n’hésitant pas à doubler les autres automobilistes par la gauche en franchissant la ligne blanche, à pleine vitesse. Le policier se positionne devant lui pour l’obliger à ralentir et lui faire signe. Mais le chauffard aurait doublé la voiture des fonctionnaires, et se serait placé devant eux avant de freiner brutalement.

Surpris, les deux policiers décident de s’adresser au conducteur un peu plus loin, sur le boulevard de la Libération, pour lui signaler que sa conduite est dangereuse. Selon le récit des deux agents, l’homme est descendu de sa voiture et a d’abord dégradé le rétroviseur de leur voiture. L’agent assis à la place du passager est alors descendu à son tour. Le chauffard l’aurait agrippé par les bras puis au niveau du cou avant d’être repoussé. L’une des trois femmes dans la voiture du chauffard serait sortie en hurlant, s’en prenant à l’agent.

Interpellé sur les quais de Seine par les policiers de la BTC

La tension monte. D’autres conducteurs s’arrêtent. Le policier au volant sort de sa voiture et les deux collègues décident de faire état de leur qualité, en espérant faire redescendre la pression rapidement, en vain. Les deux agents auraient préféré remonter dans leur véhicule pour partir, étant donné le nombre de personnes hostiles autour d’eux. Alors que le policier venait de se rassoir au volant, le chauffard serait revenu à sa hauteur et lui aurait donné un violent coup de poing au niveau de la bouche. La vitre côté conducteur était restée ouverte. « L’agresseur a réussi à s’enfuir avec l’aide des autres personnes présentes qui ont bloqué les policiers », confie une source proche de l’enquête. Les fonctionnaires quittent les lieux en composant le « 17 » afin de communiquer l’immatriculation du chauffard et sa description. Une patrouille de la brigade territoriale de contact (BTC) de Saint-Denis repère quelques minutes plus tard le fuyard qui circulait sur les quais de Seine. L’homme âgé de 28 ans, domicilié à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise), a été immédiatement interpellé et placé en garde à vue.

Le policier de 33 ans qui a été blessé au visage s’est vu prescrire six jours d’ITT. Il a déposé plainte contre le suspect, tout comme son collègue de 38 ans, et une enquête a été ouverte. Le mis en cause de 28 ans a été déféré ce dimanche au parquet dans le cadre d’une convocation par procès-verbal avec placement sous contrôle judiciaire (CPVCJ). Il sera jugé dans un délai de six mois maximum et reste en l’attente, libre sous contrôle judiciaire.

Six mois de sursis pour un chauffard qui exhibe un pistolet dans l’Essonne

Sur l’autoroute A6 dans l’Essonne la semaine dernière, un chauffard a exhibé un pistolet alors qu’un commissaire de police hors service lui signalait sa conduite dangereuse. Interpellé peu après, l’homme a écopé d’une peine de six mois de prison avec sursis. Son permis de conduire a également été suspendu pour une durée de quatre mois.