Samer : La fillette de 18 mois abandonnée à l’hôpital par ses parents après un accident est décédée


Illustration. (Shutterstock)

Elle avait été gravement blessée lors d’un accident de la route à Samer (Pas-de-Calais) ce lundi soir, une fillette de 18 mois est décédée la nuit dernière. Dans le même temps, l’état de santé de son frère de 3 ans s’est dégradé. Leurs parents sont toujours en garde à vue.

La jeune victime âgée de seulement 18 mois était en état de mort cérébrale, Hanëya est finalement décédée dans la nuit de mercredi à jeudi indique La Voix du Nord. Elle se trouvait dans la voiture de ses parents avec les deux autres enfants du couple, ce lundi soir à Samer, lorsque la mère de famille qui était au volant, a violemment percuté le pilier d’un pont ferroviaire, vers 20 heures, dans la rue de Neufchâtel.

Les cinq occupants ont été blessés, la fillette de 18 mois plus gravement. A l’hôpital, les parents ont pris la fuite, abandonnant leurs trois enfants. Ils ont finalement été interpellés ce mercredi vers 14 heures.

En état d’ébriété et sans permis de conduire

Les prises de sang réalisées à l’hôpital avant la fuite du couple dans la nuit de lundi à mardi, ont montré que la mère de famille était en état d’ébriété « manifeste » a expliqué le procureur de la République adjoint. En outre, cette dernière n’était pas titulaire du permis de conduire.

Une « tentative d’assassinat » peu avant l’accident

Le couple est également accusé d’une « tentative d’assassinat » a précisé le parquet. Les mis en cause auraient poignardé un homme avec lequel ils avaient rendez-vous à Boulogne, peu avant le dramatique accident. La victime serait un ancien compagnon ou l’amant de la mère de famille.


Par ailleurs, cette dernière était déjà connue de la justice puisqu’elle avait été condamnée en 2011 pour un vol à main armée précise France 3.

Le petit garçon de 3 ans souffrirait de lésions cérébrales

L’état de santé du frère de la fillette décédée, âgé de 3 ans, s’est dégradé ces dernières heures. Il a été transféré au CHU de Lille et souffrirait de lésions cérébrales, qui pourraient entraîner une « hémiplégie » a mentionné le parquet. Il s’agit d’une paralysie d’une ou plusieurs parties du corps, d’un seul côté.

Le troisième enfant est quant à lui hors de danger, il est toujours hospitalisé.