Septuagénaire attaqué dans un parking en Seine-et-Marne : 2 suspects interpellés, la victime est décédée


Illustration. (JPstock / Shutterstock)

L’homme âgé de 70 ans était en état de mort cérébrale après avoir été la cible de deux voleurs violents. La victime est décédée des suites de ses blessures ce mardi après-midi. Deux suspects en situation irrégulière sur le territoire français ont été interpellés.


Les faits se sont déroulés ce vendredi soir vers 23 heures. La victime se trouvait dans un train de la Ligne R du Transilien venant de Paris. Le septuagénaire, interprète de profession, est descendu en gare de Fontainebleau-Avon pour rejoindre son domicile à Vulaines-sur-Seine. Il était suivi par deux malfaiteurs.

Arrivé devant sa voiture dans le parking de la gare d’Avon, les deux agresseurs lui ont sauté dessus et l’ont violemment frappé, notamment au visage. La victime a aussi été étranglée et a eu le nez cassé. Les malfaiteurs ont dérobé son ordinateur portable et son téléphone avant de prendre la fuite, le laissant en sang et sans moyen de prévenir les secours.

L’homme âgé de 70 ans est alors parvenu à rejoindre la gare où des passants ont fait appel aux pompiers et à la police. Conduit à l’hôpital d’urgence, la victime qui était en état de mort cérébrale est décédée ce mardi.

Les mis en cause ont été filmés

Les enquêteurs du service régional de la police des transports chargés de l’enquête ont rapidement mis un visage sur les deux agresseurs puisqu’ils avaient été filmés par les vidéosurveillances de la SNCF nous explique une source policière.

Deux hommes correspondant aux photos diffusées dans les services de police ont été interpellés ce lundi peu avant 20 heures, porte de Montreuil à Paris (XXe). Ils venaient d’être repérés par un opérateur vidéo qui a donné l’alerte.

Deux algériens en situation irrégulière

Les deux suspects qui affirment être nés en 1992, ont été placés en garde à vue. Ces derniers sont deux algériens en situation irrégulière sur le territoire français. Ils n’étaient pas en possession des objets dérobés à la victime au moment de leur interpellation. L’enquête se poursuit.