Sequedin : Une voiture-bélier enfonce la clôture du parking de la prison, 7 véhicules incendiés aux cocktails Molotov


Sept véhicules appartenant au personel de la maison d'arrêt de Sequedin ont été incendiés durant la nuit de mardi à mercredi. (photo UFAP UNSA Justice)

La maison d’arrêt de Sequedin a subi une attaque durant la nuit de mardi à mercredi. Trois individus ont fait irruption sur le parking du personnel et ont incendié des véhicules s’y trouvant.

Les actes de vandalisme visant le personnel pénitentiaire se succèdent. Après les prisons de Borgo en Corse et Fresnes dans le Val-de-Marne, c’est au tour de la maison d’arrêt de Sequedin d’être ciblée par des malfrats. Ce mercredi vers 3 heures du matin, une imposante BMW noire a enfoncé le grillage de clôture du parking réservé aux employés, situé sur le domaine pénitentiaire, rapporte La Voix du Nord.

Trois individus encagoulés en sont sortis et ont lancé des cocktails Molotov sur les voitures stationnées sur place. En une poignée de minutes, les malfaiteurs ont pris la fuite, tandis que sept véhicules étaient détruits par les flammes. Six d’entre eux appartiennent à des agents administratifs, et un à un surveillant de la prison.

La scène enregistrée par les caméras de vidéosurveillance

L’attaque nocturne, filmée par les caméras de vidéosurveillance de la maison d’arrêt, est dénoncée avec force par Alexandre Caby, délégué syndical de l’UFAP-UNSA Justice : « Attaquer le domaine pénitentiaire, c’est attaquer la République. Cela ne doit pas rester impuni ! ». Le syndicaliste affirme réclamer « depuis des années » des mesures de sécurisation du domaine pénitentiaire, relate le quotidien régional.

Des caméras avaient d’ailleurs été installées après l’attaque survenue en 2018, lorsque trois voitures du personnel avaient été incendiées au cocktail Molotov. Ces mesures ne sont pas suffisantes pour le délégué syndical.


Durant la nuit, les véhicules des surveillants pénitentiaires sont stationnés derrière les hauts murs de la maison d’arrêt, pour éviter qu’ils ne soient dégradés ou détruits. Les membres du personnel administratif n’ont quant à eux pas l’autorisation de se stationner à cet endroit, et sont contraints de se garer sur le parking extérieur.

Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur cette attaque. C’est dans ce cadre que des fonctionnaires de l’Identité judiciaire doivent procéder à des constatations sur place, ce mercredi.