Suicide d’Evaëlle, 11 ans : Ses parents mettent en cause l’inaction de l’Éducation nationale


Evaëlle s'est donné la mort le 22 juin dernier dans sa chambre à Herblay. (DR)

Leur fille, Evaëlle, était âgée de 11 ans. Elle s’est donné la mort le 22 juin dernier dans sa chambre. Ses parents, Marie et Sébastien, dénoncent aujourd’hui l’absence de réponse de l’Éducation nationale alors que leur fille a été victime de harcèlement scolaire et de violences.

Ils évoquent « l’inertie » du collège de Herblay (Val-d’Oise) dans lequel Evaëlle était scolarisée, mais également celle de l’Éducation nationale. Ils avaient déposé plainte après la première agression dont leur petite fille avait été victime.

C’était en février dernier, à l’heure du déjeuner. Assise sur un banc, Evaëlle avait été poussée par terre puis frappée à coups de pied. Elle s’était rassise et avait subi les mêmes violences deux fois de suite relate Le Parisien qui a interrogé ses parents.

Poussée sur la chaussée et frappée au visage

Quelques jours plus tard alors qu’elle attendait le bus, Evaëlle avait été poussée sur la chaussée alors que le véhicule s’approchait. Elle était tombée entre le bus et le trottoir. La jeune fille de 11 ans avait ensuite reçu une gifle au visage de la part de son agresseur, qu’elle tentait de repousser.

Marie et Sébastien avaient alors déposé plainte à l’encontre de trois élèves. Les parents de la petite fille ont déposé une seconde plainte après le décès de leur enfant, à l’encontre d’une enseignante. Ils venaient de découvrir l’ampleur du harcèlement subi par Evaëlle.


A ce jour, cette professeure est toujours en poste. « Il est inadmissible qu’il n’y ait pas eu de réponse de l’Education nationale vis-à-vis des personnes mises en cause », proteste l’avocat de la famille, Me Delphine Meillet.

« L’élève qui était le plus virulent continue cette année. Il harcèle une des amies d’Evaëlle »

Les parents de la victime dénoncent également l’absence de réaction de l’Éducation nationale vis à vis des élèves mis en cause et ce, malgré les deux plaintes déposées. Ces derniers n’auraient effectivement pas reçu la moindre sanction.

« Les autres élèves ne comprennent pas qu’on puisse faire ces choses-là sans être sanctionné », indique Marie au journal francilien. « L’élève qui était le plus virulent continue cette année. Il harcèle une des amies d’Evaëlle », explique-t-elle.

De son côté, la Direction des services départementaux de l’Education nationale dans le Val-d’Oise a précisé que « des moyens » avaient été mis en place pour lutter contre le harcèlement scolaire.

Une marche blanche samedi

Une marche blanche en la mémoire d’Evaëlle se déroulera à Herblay le 5 octobre. Elle passera par devant le collège Georges-Duhamel, dernier établissement fréquenté par la jeune fille, avant de se terminer au collège Isabelle-Autissier, où elle avait subi un véritable calvaire.