Tarn : ce que l’on sait de la mystérieuse disparition de Delphine Jubillar, mère de deux enfants


Delphine Jubillar a disparu depuis le 15 décembre. (photo Facebook)

Les recherches vont se poursuivre ce mardi à Cagnac-les-Mines (Tarn) pour retrouver cette infirmière âgée de 33 ans, disparue depuis le 15 décembre.


Cela fera près d’une semaine ce mardi que Delphine Jubillar n’a plus donné signe de vie. Mère d’un petit garçon de 6 ans et d’une petite fille de 18 mois, cette femme de 33 ans reste introuvable. Les gendarmes ont poursuivi leurs intenses recherches ce lundi à Cagnac-les-Mines (Tarn), petite commune d’environ 2500 habitants, où elle vit avec son mari.

Une voisine a affirmé qu’elle était partie à pied de son domicile entre 23 heures et 4 heures du matin, dans la nuit de mardi à mercredi dernier. Mais le témoignage de cette femme âgée est pris avec prudence par les enquêteurs souligne Le Parisien. Delphine Jubillar, née Aussaguel, est partie avec son téléphone mais sans ses papiers, avec une doudoune blanche. Son portable aurait cessé d’émettre jeudi matin.

Les gendarmes ont lancé un appel à témoins vendredi 18 décembre. Le procureur de la République a également ouvert une enquête pour « disparition inquiétante ».

« Nous étions en instance de divorce à sa demande »

Le mari de Delphine, Cédric Jubillar, a raconté à nos confrères qu’il avait été réveillé par sa fille la nuit de la disparition. Il a alors constaté l’absence de son épouse qui est infirmière à la clinique Claude Bernard à Albi. « Nous étions en instance de divorce à sa demande, mais cela se passait bien », a-t-il confié. « Je ne comprends pas pourquoi elle est partie. Je pense qu’elle est partie avec nos deux chiens, qui sont ensuite revenus à la maison ».

Entre 50 et 80 gendarmes ont été mobilisés durant le week-end pour mener les recherches, avec notamment des équipes cynophiles. En vain. Cinq plongeurs ont également effectué dimanche une recherche dans le lac de Homps ainsi que dans le Tarn précise La Dépêche.

Aucune hypothèse privilégiée

« On n’est pas dans le cadre d’une disparition ‘classique’ d’une personne âgée désorientée. On a une jeune femme de 33 ans, maman de deux enfants, qui quitte son domicile en pleine nuit et qui ne réapparaît pas », a détaillé l’état-major de la gendarmerie, au quotidien. A ce stade, les enquêteurs ne privilégient aucune hypothèse. Accident ? Suicide ? Homicide ? Les recherches vont se poursuivre les jours prochains.

Les enquêteurs de la section de recherches (SR) de Toulouse et de la compagnie d’Albi ont entendu de nombreuses personnes dans le cadre de cette enquête : des membres de la famille de Delphine Jubillar, plusieurs de ses amis mais également ses collègues de travail et des voisins.

Si vous disposez d’informations pouvant aider les gendarmes, appelez le numéro vert : 0800.87.89.32.