Un adolescent mis en examen pour avoir tenté d’étrangler son professeur dans un lycée de Reims


Illustration. (shutterstock)

Un adolescent âgé de 15 ans a été mis en examen pour avoir violemment agressé l’un de ses professeurs dans un lycée de Reims (Marne). Le parquet national antiterroriste (PNAT) a été tenu informé de cette affaire.

Un enseignant a été victime d’une violente agression par l’un de ses élèves ce vendredi à Reims. « Un enseignant du lycée Jean Jaurès de Reims a été victime d’une agression par un de ses élèves hier après-midi alors qu’il se trouvait seul dans sa classe après un cours », a annoncé le rectorat dans un communiqué de presse. La victime est parvenue à prendre la fuite et a donné l’alerte. La police a rapidement interpellé l’élève qui est âgé de 15 ans. Ce dernier a été placé en garde à vue.

Scolarisé en classe de première, l’étudiant qui est un ressortissant letton, a tenté d’étrangler son professeur puis a jeté une table dans sa direction a indiqué le procureur de la République, Matthieu Bourrette, dans un communiqué. Face aux enquêteurs, l’adolescent « de confession musulmane » qui « pratique de manière assidue sa foi » a gardé le silence, affirmant toutefois lors de l’une de ses « rares réponses », « que les actes récents commis envers des professeurs étaient ‘des incidents très graves », précise le parquet.

Il évoque une première agression de l’enseignant

Par ailleurs, le mis en cause a écarté « tout lien entre son passage à l’acte, et les caricatures de Mahomet, ou l’organisation de la minute de silence » ce lundi, en hommage à Samuel Paty. Toutefois, « le parquet national antiterroriste a été tenu informé de l’ensemble des éléments d’enquête afin de lui permettre de procéder à toute évaluation utile de ce dossier » ajoute le communiqué.

Le lycéen a présenté ses excuses et a expliqué son acte comme une réaction disproportionnée à une agression du professeur, qui l’aurait volontairement heurté avec la porte de la salle de classe.


Placé dans un établissement public éducatif

L’adolescent a été mis en examen pour violences volontaires n’ayant pas entraîné d’incapacité totale de travail sur une personne chargée d’une mission de service public. Il a été placé dans un établissement public éducatif dépendant de la protection judiciaire de la jeunesse. En outre, il a été exclu du lycée et passera prochainement en conseil de discipline. Une cellule psychologique a été ouverte dans l’établissement.