Un ex-gendarme se suicide, il affirme dans une lettre être «Le Grêlé», un tueur en série recherché depuis 35 ans


Le portrait robot du "Grêlé". (photo Emmanuel Pagnoud/PhotoPQR/Maxppp)

Un homme a été retrouvé mort au Grau-du-Roi (Gard) ce mercredi soir. Ce dernier pourrait être l’auteur de trois meurtres et six viols, recherché depuis près de 35 ans par la police, et surnommé « Le Grêlé ». Il s’agit du plus vieux cold case de la brigade criminelle parisienne. L’homme retrouvé mort a laissé une lettre dans laquelle il passe aux aveux.

Mise à jour 23h00 : L’ADN de l’ancien gendarme et policier de 59 ans qui s’est suicidé correspond bien à celui du tueur en série. Nos informations ici.

Il était convoqué par les enquêteurs de la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris pour subir un prélèvement ADN, afin de déterminer s’il correspond à celui du « Grêlé », un tueur en série recherché depuis 35 ans. Mais cet ancien gendarme, qui est aussi un ancien policier, ne s’est pas présenté. L’ancien militaire de 59 ans, François V., a été retrouvé mort dans un logement en location au Grau-du-Roi ce mercredi soir. Il se serait donné la mort en avalant des médicaments et ne sera donc jamais auditionné.

« Le Grêlé » était recherché par la Crim’ pour trois homicides, dont celui de Cécile Bloch, 11 ans, violée et tuée le 5 mai 1986 à Paris (XIXe), ainsi que pour six autres viols entre 1983 et 1994. Un prélèvement ADN a été effectué sur le défunt et devrait permettre de confirmer qu’il s’agit bien du tueur en série. Les enquêteurs de la Crim’ disposent d’un ADN partiel du « Grêlé ». Ils savent également qu’il a exhibé une carte professionnelle des forces de l’ordre et utilisé une voiture de marque Volvo, blanche, ce qui a orienté leurs recherches vers cet ancien gendarme. Le suspect avait également vidé ses comptes bancaires. S’était-il lancé dans une cavale ? La suite des investigations devra le dire.

François V., a en tout cas laissé une lettre dans laquelle il explique être le tueur en série, et précise qu’il n’a « rien fait » depuis 1997.

Parmi les autres victimes : Gilles Politi, 38 ans, mécanicien d’Air France, et Irmgard Mueller, 20 ans, jeune Allemande au pair au sein de cette famille du IVe arrondissement, tués le 29 avril 1987. Karine Leroy, 19 ans, pourrait aussi être une victime du « Grêlé ». Cette jeune femme avait été retrouvée morte en bordure d’un bois à Montceaux-lès-Meaux, le 12 juillet 1994. Elle avait disparu le 9 juin alors qu’elle se rendait en cours au lycée Jean-Vilar, à Meaux.

Retrouvez ici nos révélations concernant le suicide de François V., le tueur en série présumé.