Un homme de 18 ans interpellé après avoir tué le père de sa petite amie, près d’Annecy


Illustration. (Adobe Stock/Jérôme Aufort)

Un père de famille a été tué dans la nuit de samedi à dimanche et son épouse blessée, à Pringy, près d’Annecy (Haute-Savoie). Le petit ami de leur fille âgé de 18 ans, a été interpellé et placé en garde à vue.


Une jeune femme de 22 ans a fait appel à la gendarmerie pour demander de l’aide vers 23 heures, expliquant que son père venait d’être tué par son petit ami. Les gendarmes ont déployé un important dispositif pour cette intervention a indiqué la procureure de la République d’Annecy, Véronique Denizot, citée par France 3.

Le drame s’est déroulé dans un « cul-de-sac isolé », a détaillé la magistrate, faisant référence dans le même temps à la tuerie du Puy-de-Dôme qui a coûté la vie à trois gendarmes au cours d’une intervention. La requérante est parvenue à prendre la fuite et son compagnon de 18 ans a été interpellé puis placé en garde à vue vers 01h15.

Une scène « d’une grande violence »

Les militaires ont ensuite découvert le corps sans vie du père de famille âgé de 64 ans. Le défunt avait été la cible de plusieurs tirs et son corps présentait aussi des traces de violences a précisé Véronique Denizot, évoquant une scène « d’une grande violence ». Le corps du sexagénaire sera autopsié en début de semaine à Grenoble afin de déterminer les causes précises de son décès.

La compagne du défunt âgée de 60 ans, a quant à elle été blessée. Elle présentait des traces de « blessures très graves » et a reçu des coups de hache. Son pronostic vital n’est toutefois pas engagé. La fille du couple a elle aussi été blessée. Les deux femmes se sont vu attribuer 5 jours d’Incapacité totale de travail (ITT) à ce stade.


La requérante – et petite amie du tueur présumé – doit être entendue par les enquêteurs ce dimanche après-midi. Sa mère le sera également lorsque son état de santé le permettra.

« Il semble qu’il y avait une communauté de vie »

Le drame s’est déroulé dans un contexte « de violences intra-familiales ». Les gendarmes ignorent pour le moment dans quel ordre les faits se sont produits. « Il semble qu’il y avait une communauté de vie et que le jeune homme travaillait sur l’exploitation des parents », a aussi déclaré la procureure. En outre, des armes à feu et des armes blanches ont été découvertes sur place. Le mis en cause avait détruit les téléphones portables et fixes, lorsque la requérante a prévenu les forces de l’ordre.

Une enquête a été ouverte pour « assassinat et tentative d’assassinat ». Les gendarmes de la brigade de recherches d’Annecy ont été chargés des investigations.